lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Le meilleur des mondes pour le marché

Jeudi 19 Novembre 2020

Même si l'incertitude pesant sur l'issue de l'élection présidentielle américaine est susceptible de s'éterniser, le marché boursier s'est redressé. À condition que l'élection soit décidée en quelques semaines – et non quelques mois – et que les deux candidats acceptent finalement le résultat comme légitime, le sentiment des affaires et l'optimisme des ménages devraient rester solides. En effet, la seule surprise de cette semaine concerne la mesure dans laquelle la course au Collège électoral a été serrée. Il fallait s'attendre à un retard dans le décompte des voix, et l'effervescence du marché ainsi que le sentiment économique positif sont conformes aux tendances précédentes.


Dans la mesure où les prévisions pré-électorales des grands médias ont été prises au sérieux, les marchés semblent avoir prédit – jusqu'au 3 novembre – que Joe Biden serait le grand favori, que les démocrates reprendraient le Sénat et garderaient le contrôle de la Chambre des Représentants. Si cela s'était produit, les démocrates auraient peut-être interprété leur victoire éclatante comme un mandat pour un programme progressiste ambitieux.

Cela aurait probablement inclus des augmentations significatives des dépenses publiques en biens et services (y compris dans la santé et l'éducation); des réformes fiscales et réglementaires peu favorables aux entreprises; des politiques plus protectionnistes en matière de commerce et d’investissement étranger; et une redistribution des revenus de grande envergure (y compris une augmentation de la sécurité sociale et des allocations de chômage). Les marchés auraient perçu cet agenda comme néfaste pour les évaluations des actifs risqués.

Cependant, maintenant que les républicains sont sur la bonne voie pour conserver le contrôle du Sénat et ont fait des progrès surprenants à la Chambre, il n'y aura pas de mandat pour un programme démocrate audacieux. Toute politique adoptée devra obtenir au moins en partie un soutien bipartisan. Les législateurs seront réduits à négocier des mesures bénéficiant d'une large adhésion, comme une relance budgétaire cyclique favorable aux entreprises. Par rapport aux anticipations antérieures d'une vague bleue, les marchés considèrent ce scénario comme un motif de célébration.

Certes, il y a eu beaucoup de désordre et de dysfonctionnement politiques – y compris des problèmes constitutionnels potentiels, des allégations sans fondement de fraude électorale et un retard de plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Mais une grande partie de tout cela était anticipée, étant donné que les États-Unis restent au cœur d'une pandémie et que le président américain Donald Trump a longtemps indiqué précisément comment il réagirait à une élection serrée. Les médias et les responsables électoraux ont averti pendant des mois l'électorat qu'il y aurait des retards et que le vainqueur ne serait probablement pas connu le jour du scrutin. Il fallait s'attendre à des demandes de recomptage. Cela en soi n'est pas inquiétant ; et des recomptages changent rarement les résultats.
Dans cette élection exceptionnelle, de par le grand volume de bulletins de vote envoyé par la poste et le niveau d’hostilité inédit, il est tout à fait normal que l'une ou l'autre des parties, ou les deux, répondent à un résultat serré en se demandant si les règles ont été enfreintes. Mais, encore une fois, tant que les autorités compétentes résolvent ces différends au cours des prochaines semaines, les marchés toléreront très probablement l'incertitude.

D'un autre côté, si le résultat final est retardé à un degré qui rappelle le conflit Bush contre Gore, qui a traîné jusqu'au 12 décembre 2000, l'optimisme du marché et le sentiment économique commenceront probablement à souffrir. Il y a inévitablement un moment où le manque continu de résolution devient un problème. Bien que cela reste improbable, le refus catégorique de l'un des candidats d'accepter le résultat officiel aurait de graves implications pour les marchés et le système politique américain. Entre autres choses, une telle crise empêcherait probablement la promulgation de projets de loi de relance budgétaire si nécessaires et déjà en retard, laissant la Réserve fédérale américaine, une fois de plus, seule en charge de mesures anticycliques.

Dans tous les cas, le résultat électoral le plus probable aurait un impact positif sur les marchés et un effet plus ou moins neutre sur l'ensemble de l'économie. Biden n'est pas un socialiste autoproclamé comme Bernie Sanders, et il devra presque certainement faire face à une farouche résistance républicaine au Sénat. De plus, six des neuf juges de la Cour suprême sont désormais de fervents conservateurs. Il est difficile d’imaginer qu’un programme sérieusement hostile aux entreprises soit mis en œuvre dans ces conditions. En même temps, l’adoption d’un plan de relance budgétaire anticyclique significatif sera une fatalité. Que pourraient donc ne pas apprécier les marchés ?
Traduit de l’anglais par Timothée Demont
Willem H. Buiter est professeur invité en affaires internationales et publiques à l'Université de Columbia. Anne Sibert est professeur d'économie à Birkbeck, Université de Londres.
 
 











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter