lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

La Société ivoirienne de banque réalise un résultat net de 11,180 milliards de FCFA au premier trimestre 2021

Jeudi 29 Avril 2021

L’activité de la Société ivoirienne de banque (Sib) au cours du premier trimestre de l’année 2021 est marquée par une baisse des crédits (-2%) en liaison, notamment, avec les remboursements reçus de ces positions sur le cacao dont la campagne principale s’achève et de l’attentisme encore constaté chez certains acteurs économiques. L’information est contenue dans le Bulletin de la Cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières.


Une baisse des crédits de 2%. C’est ce qui marque le premier trimestre de la Société ivoirienne de banque. Ceci, d’après le rapport d’activité de la Sib, en liaison, notamment, avec les remboursements reçus de ces positions sur le cacao dont la campagne principale s’achève et de l’attentisme encore constaté chez certains acteurs économiques.

Quant aux ressources de la banque, elles progressent de 21% par rapport à mars 2020, grâce aux collectes faites à la fois auprès des particuliers, des professionnels et des entreprises.

Le produit net bancaire (Pnb) sur la période progresse de 11% par rapport à fin mars 2020, principalement porté par les activités de marché dont les revenus ont quasiment doublé, renseigne la Sib. Qui ajoute dans la foulée que les charges générales d’exploitation restent contenues (+4%) entraînant, compte tenu de la hausse du Pnb, une amélioration du coefficient d’exploitation qui s’établit à 40%.

Aussi, au cours de ce trimestre, la hausse du résultat brut d’exploitation couplée à l’amélioration du coût du risque (reprise nette), du fait des recouvrements de créances, ont conduit à un résultat d’exploitation en augmentation de 30% par rapport à mars 2020.

Ainsi, la Sib souligne que le résultat avant impôt ressort à 13 567 millions, en hausse de 30% par rapport à celui de mars 2020 (10 460 millions de FCFA). Le résultat net est projeté à 11180 millions  contre 8409 un an auparavant , soit une hausse de 33%.

En termes de perspectives, le rapport confie que le deuxième trimestre devrait être difficile en raison de la poursuite des effets de la pandémie. Cependant, rapporte le document enfin, « nous espérons une réduction de ces effets sur les économies, suite aux campagnes de vaccination en cours dans plusieurs pays, y compris la Côte d’Ivoire.
Bassirou MBAYE














Inscription à la newsletter