lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Inclusion financière dans l’Uemoa : Le président du Conseil des ministres note des progrès significatif

Mardi 27 Novembre 2018

Le siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest ce lundi 26 Novembre, la cérémonie d’ouverture de la semaine de l’inclusion financière. Une occasion pour le président du Conseil des ministres de l’Uemoa de se féliciter des progrès significatifs enregistrés dans l’espace communautaire.


« Inclusion financière : levier du développement économique et social ». C’est autour de ce thème que s’est tenue, la semaine de l’inclusion financière. Président du Conseil des ministres statutaires de l’Uemoa, Romuald Wadagni estime que ce thème  résume à lui seul, toute la problématique de l'accès à moindre coût de nos populations à des services financiers.

Dans son discours, il a expliqué que l’inclusion financière est aujourd’hui perçue comme un facteur de développement humain voire un droit de l’homme comme le droit à l’éducation, à la santé, etc. «Dans cette perspective, les institutions internationales telles que les Nations-Unies et la Banque Mondiale considèrent l’accélération de l'inclusion financière comme un facteur de progrès pour huit des 17 Objectifs de développement durable », a indiqué  M. Wadagni,  ministre des Finances du Bénin.

Selon lui, l’inclusion financière est également un accélérateur de croissance et une véritable opportunité de rattrapage du retard technologique de nos pays. «Des progrès significatifs ont été notés ces dernières années en matière d'inclusion financière dans l'Uemoa, grâce notamment à la téléphonie mobile et au secteur de la microfinance », se félicite le président du Conseil des ministres.

Selon les dernières statistiques, précise-t-il,  le taux d'inclusion financière dans notre zone a atteint 55% en 2017 contre 14,3% il y a dix ans. Romuald Wadagni affirme qu’une  telle évolution a été rendue possible grâce aux nombreuses réformes entreprises depuis plus d'une décennie pour renforcer la stabilité de notre système financier, maintenir la confiance du public et promouvoir de nouveaux produits financiers.

Cependant, poursuit-il, de nombreux défis subsistent au nombre desquels, je voudrais citer trois. Le premier est relatif au renforcement de l’éducation financière de nos populations. En effet, nous pourrions mettre en place les meilleures réglementations et tous les investissements pour apporter des services financiers à moindre coût aux populations.

Le second défi est celui de la mise en place d’une politique régionale de protection des consommateurs.

Le troisième enfin est relatif à l’adaptation permanente des moyens d’actions de la Banque Centrale à l’évolution rapide des usages et du marché. Il dit rester  convaincu que les différentes activités de cette semaine apporteront des contributions significatives et des éléments de réponse à ces différents défis.
Adou FAYE


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter