lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Gabriel Fal pour un programme global de réformes agraires et de privatisation des terres

Mardi 10 Avril 2018

Le Président de CGF Bourse pense qu’il est devenu absolument indispensable de mettre en place un programme global de réformes agraires et de privatisation des terres pour rendre à celles-ci leurs véritables valeurs.


Gabriel Fal, Président de CGF Bourse
Gabriel Fal, Président de CGF Bourse
 Pour lui, ce sera le passage obligé pour un développement plus harmonieux et une modernisation du monde rural.
Il a fait ce plaidoyer dans sa dernière tribune publiée dans JA N° 2987 du 8 au 14 avril 2018. Une position qui entre dans le cadre de la valorisation de la terre et de son importance dans la création de richesse, d’impulsion « de performances économiques et de bien-être des populations ».
 Cette position découle d’un tour d’horizon des principes de base et les insuffisances, dans l’application, de la loi sur le « domaine national » adoptée au Sénégal depuis juin 1964, estime Gabriel FAL.
Pour lui, au Sénégal, on parle de la loi sur  le « domaine national » qui n’attribue aux paysans que la seule affectation, assortie de l’interdiction totale de transaction. Avant de  souligner que la plupart des économistes considèrent que ce régime est réducteur vis-à-vis du développement et de la modernisation nécessaire du monde rural.
 
Concrètement, indique M. Fal, il se traduit par une sous-mécanisation de la production, la dégradation des infrastructures, la vétusté des équipements, la mauvaise qualité des semences et, bien entendu, les difficultés d’accès au financement.
 
« La terre, elle-même, ne vaut pratiquement rien sauf à proximité des zones urbaines », lance-t-il.
 
A travers son analyse, il est aisé de constater que la situation qui prévaut au Sénégal est pratiquement la même en Afrique. Ce qui sonne comme un héritage issu de la colonisation.
 
Ainsi, revisitant la problématique des réformes agraires dans le monde, en particulier en Afrique, M. Fal a relevé leurs limites dans la conduite des politiques domaniales, foncières, agraires et agro-industrielles.
Mariama Diallo


 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter