lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Forum mondial sur les produits de base : le défi de la formation et de l’évolution du marché de l’emploi

Jeudi 12 Avril 2018

Des travailleurs qualifiés peuvent réduire leur dépendance à l’égard des exportations de produits de base dans plus de 90 pays. Selon la CNUCED, un développement des compétences humaines est une valeur ajoutée pour une meilleure exploitation des matières premières.


Une problématique qui sera au cœur du huitième Forum mondial sur les produits de base de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) prévu les 23 et 24 avril au Palais des Nations à Genève.
« Le manque de travailleurs qualifiés décourage l’investissement dans des activités à valeur ajoutée et empêche aussi les jeunes adultes à acquérir plus de compétences », a déclaré Yanchun Zhang, Chef de la Section de la mise en œuvre des politiques du Groupe spécial sur les produits de base à la CNUCED. « Les travailleurs qui cherchent une carrière dans des domaines spécialisés choisissent souvent de poursuivre des études et d’occuper des emplois à l’étranger, ce qui alimente la fuite des cerveaux dans les pays en développement et décourage davantage d’investissements dans le développement industriel », fait-elle remarquer tout en déplorant ce « cercle vicieux ».

Des programmes de master en ingénierie et en géologie, fruit du Partenariat du Congo et de Total

La CNUCED cite à cet égard, l’initiative prise par le gouvernement de la République du Congo. Brazzaville s’est en effet associé à Total pour établir des programmes de master en ingénierie et en géologie. Alors qu’ils produisaient un flux régulier de diplômés, les emplois dans le secteur pétrolier sont en deçà des attentes et les employeurs continuent de se plaindre d’une pénurie de travailleurs qualifiés, ainsi que d’une inadéquation entre le marché de l’emploi et la formation reçue par les diplômés.
Dans ces conditions, l’Agence onusienne se préoccupe du problème de la diversification et de la transformation des matières premières dans les pays exportateurs, une situation qui limite selon la CNUCED l’industrialisation de leurs économies. « Ces pays comptent sur les exportations de produits non transformés, tels que les produits agricoles, les minerais ou le pétrole brut, pour 60% ou plus de la valeur totale de leurs exportations de marchandises », note l’Agence onusienne.
Cette institution onusienne basée à Genève plaide donc pour des stratégies de diversification horizontale impliquent de mobiliser des compétences et des ressources dans le secteur des matières premières afin de développer dans les industries non productrices de matières premières. Par exemple, la CNUCED cite le cas de l’Iran qui utilise les ingénieurs et ses revenus du pétrole pour développer la fabrication de machines agricoles, d’équipements médicaux et de systèmes d’irrigation.
Un.org














Inscription à la newsletter