lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Formation professionnelle : Indispensable pour faciliter l’employabilité des jeunes

Jeudi 31 Octobre 2019

L’école supérieure de gestion (ESG) a organisé samedi dernier en son sein une conférence sur « l’importance de la formation professionnelle dans la société malienne de demain » au profit de ses étudiants.


Elle a été animée par l’ancien Premier ministre, Moussa Mara. Introduisant les débats, le conférencier a défini la formation professionnelle comme étant la faculté qui est laissée aux personnes de renforcer leur formation, d’ajuster leur trajectoire afin de s’adapter aux évolutions de leur emploi, de leur entreprise ou du marché, éventuellement de profiter aussi des perspectives offertes par le marché.

La formation professionnelle qui est indispensable pour faciliter l’employabilité des jeunes (diplômés ou pas) ne semble pas être appréciée à sa juste valeur. Or, elle permet de compléter utilement l’école, le système éducatif d’une manière générale. Et quant le contexte évolue rapidement, la formation professionnelle en devient importante », a-t-il interpellé. C’est pourquoi dans certains pays, a soutenu l’ancien maire de la Commune IV, les dispositifs offerts aux personnes après avoir quitté l’université pour se former sont plus importants que ce qu’on leur offre à l’université. Comme pour dire que nous avons besoin de formation professionnelle après avoir obtenu un diplôme. Parce que nous devons, en continu, nous adapter à l’entreprise où l’on travaille, a soutenu Moussa Mara.

Il a alors invité l’état, l’administration, les autorités publiques à offrir la possibilité aux citoyens d’acquérir de nouvelles compétences, après qu’ils aient eu leur diplôme théorique de base. Ajoutant que les dispositifs mis en place par les autorités vont encaisser un coup à cause de la suppression de la taxe de formation professionnelle et les incertitudes sur son remplacement.

Ce qui est inquiétant au regard des caractéristiques démographiques du Mali. Pays où l’âge médian est de 16,5 ans, 80 % des Maliens n’ont pas 30 ans. L’un des défis pour notre société est sa démographie et son incidence sur l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi. « Nous avons entre 20.000 et 25.000 jeunes diplômés, contre 70.000 jeunes non diplômés en âge de travailler qui arrivent chaque année. Cela fait que nous avons autour de 100.000 jeunes qui arrivent chaque année sur le marché de l’emploi pour une création effective d’emploi en dessous de 5.000 », a-t-il déploré.

Parlant des perspectives, l’ancien Premier ministre a jugé nécessaire l’adaptation et l’adaptabilité des employeurs, des employés et des demandeurs d’emplois à l’évolution technologique, aux changements de contexte. « Les individus devront faire face à des métiers qui disparaissent et d’autres qui apparaissent, s’adapter, être flexibles et agiles, ajuster leurs compétences, acquérir toujours de nouvelles compétences.

Les jeunes doivent comprendre cela, avoir une compétence est bien mais disposer de facultés de remise en cause et de changement radicaux est mieux, s’informer sur le cours des changements et des évolutions technologiques, savoir être mobiles, disposer d’ouverture d’esprit, maîtriser les langues, surtout l’anglais », a souligné Moussa Mara qui a invité les étudiants à se former continuellement et à s’ouvrir à l’entrepreneuriat.
Essor.ml
 














Inscription à la newsletter