lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

États généraux de l’Assurance au Mali : Présentation d’un plan d’actions 2019-2021 de mise en œuvre des résolutions

Vendredi 1 Mars 2019

Lors de la session ordinaire du conseil des ministres, tenue ce jeudi 28 février 2019 à Bamako, le ministre de l’Economie et des Finances a fait une présentation du plan d’actions 2019-2021 de mise en œuvre des résolutions issues des « états généraux de l’Assurance au Mali », tenus en 2017 à Bamako. Selon le communiqué du conseil des ministres, cette mise en œuvre se fera à travers un plan d’actions structuré en six (06) axes stratégiques financé par l’Etat et le secteur privé.


États généraux de l’Assurance au Mali : Présentation d’un plan d’actions 2019-2021 de mise en œuvre des résolutions
 Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a pris acte d’une communication écrite relative au plan d’actions 2019-2021 de mise en œuvre des résolutions issues des « états généraux de l’Assurance au Mali », tenus en 2017 à Bamako.

Selon le communiqué, il ressort que le secteur des assurances est confronté à des difficultés qui entravent son développement malgré le fort potentiel de croissance dont dispose notre pays.

« Les états généraux de l’assurance, organisés par le ministère de l’Economie et des Finances en collaboration avec le Comité des Compagnies d’assurance et l’Association Professionnelle des Assureurs-Conseil, ont décelé notamment : la faible implication de l’Etat, des assureurs et des intermédiaires dans le développement du secteur ; la faiblesse des incitations fiscales au secteur des assurances », précise le document.

Avant de préciser : « Ces états généraux ont recommandé entre autres le renforcement de l’autorité de contrôle et la création d’une entité dotée de l’autonomie et des pouvoirs nécessaires à la supervision efficace de toutes les composantes du secteur des assurances ».

La mise en œuvre des résolutions issues, des Etats généraux, se fera à travers un plan d’actions structuré en six (06) axes stratégiques financé par l’Etat et le secteur privé, souligne le rapport présenté.
Mahamane Maïga
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter