lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Energie du Mali SA (EDM-SA) : un déficit cumulé de plus de 200 milliards FCFA en 2020, selon son directeur général

Mercredi 20 Avril 2022

Le directeur général de l’Energie du Mali (EDM-SA) a animé une conférence de presse, le vendredi 15 avril 2022, dans la salle de conférence de la Maison de la presse. Occasion pour Oumar Diarra de revenir sur les difficultés d’approvisionnement de l’électricité au Mali.


Energie du Mali SA (EDM-SA) : un déficit cumulé de plus de 200 milliards FCFA en 2020, selon son directeur général

Vétusté du matériel, absence d’investissement structurant depuis plusieurs décennies, offre d’énergie insuffisante pour la couverture de la demande en période de forte consommation, de grandes difficultés de transit de l’énergie et des interruptions de distribution du fait de la surcharge sur son réseau de distribution, l’Energie du Mali (EDM-SA) se trouve dans une situation très précaire. C’est le triste constat fait par son directeur général. Toute chose qui n’est pas de nature à faciliter l’approvisionnement de la population en électricité.

Sur le plan financier, Oumar Diarra a affirmé que l’EDM-SA est une société structurellement déséquilibrée depuis plusieurs décennies du fait des coûts de production largement supérieurs aux prix de vente de l’électricité à la clientèle.  Résultat, la société enregistre un déficit de plus de 200 milliards FCFA en fin 2020. « Une situation de trésorerie qui ne permet pas la mise en œuvre des plans de maintenance préventifs et curatifs », a déclaré le patron de la société.

Cette situation technique et financière est la conséquence directe du manque d’investissement dans le sous-secteur de l’électricité, entrainant une politique de couverture de la demande par une énergie d’urgence technique très onéreuse. Ce qui a entraîné la détérioration du mix énergétique et l’augmentation de la part de l’énergie thermique (60%). Ce qui a entraîné une dégradation de la situation financière avec comme conséquence la non mise en œuvre des plans d’entretien et de maintenance, la non réalisation des investissements d’exploitation, etc.

Afin de maintenir en permanence la desserte en électricité à la population, la société selon son directeur général dit avoir pris des dispositions comme l’installation en 2021 de deux nouvelles centrales de 20 mégawatts chacune à Badalabougou et à Sotuba. Autre mesure : la construction de la centrale de 100 mégawatts de Sirakoro dont le planning prévoyait une mise en service graduelle avec l’arrivée des premiers 25 mégawatts sur le réseau pour mi-avril 2022 et la mise en service totale pour fin juin 2022. « Ce calendrier est compromis par la situation de la crise, le pays étant sous sanctions économiques de la Cédéao ». Toutefois, les travaux ne sont pas arrêtés et évoluent pour une mise en service prévisionnelle courant 3e trimestre 2022.

En guise de perspective, un plan de développement quinquennal du sous-secteur de l’électricité sur la période 2022-2026 a été élaboré. Sa mise en œuvre coûtera environ 2300 milliards FCFA. En attendant, la réalisation de ce plan dont le financement est loin d’être bouclé, la population doit prendre son mal en patience.

Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net















Inscription à la newsletter