lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Egalité des sexes, éducation et environnement, priorités des nouveaux Défenseurs des Objectifs de développement durable

Jeudi 15 Août 2019

En mai dernier, six personnalités du monde entier se sont jointes à la bataille pour que le monde réussisse à atteindre les objectifs de développement durable (ODD) d'ici à 2030. Chacun de ces Défenseurs officiels des ODD s'est engagé à se mobiliser en faveur des 17 objectifs, au nom de la paix, de la prospérité, et de la planète.


Alors que le Sommet des ODD prévu en septembre approche, ONU Info revient sur le rôle de certains d’entre eux.

Egalité des sexes, éducation et environnement, priorités des nouveaux Défenseurs des Objectifs de développement durable

La footballeuse brésilienne Marta joue non seulement pour Orlando Pride de la Ligue nationale de football féminin et pour l'équipe nationale du Brésil, mais avec 17 buts - le même nombre que les ODD ! - elle est la meilleure buteuse de tous les tournois de la Coupe du monde de la Fédération internationale de football (FIFA).

Cette ambassadrice de bonne volonté d'ONU-Femmes se dit « pleinement engagée » à prêter sa voix et son expérience de la vie « pour garantir que les femmes et les filles du monde entier aient les mêmes chances que les hommes et les garçons de réaliser leur potentiel ».

« L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles sont les objectifs directs de l’Objectif 5, mais elles jouent également un rôle clé dans la réalisation de nombreux autres objectifs, tout en soutenant la réussite globale des ODD », déclare la championne âgée de 33 ans.

« Il ne peut vraiment y avoir de développement durable sans égalité des sexes », souligne-t-elle.

Marta Vieira da Silva est devenue Défenseure des ODD parce qu'elle voulait « aider beaucoup plus de filles et de femmes, de garçons et d’hommes, à penser à l'égalité des sexes en tant que catalyseur pour créer des opportunités afin que la prochaine génération ne connaisse pas ce que j’ai subi ».

Elle raconte que, née dans une petite ville, dans une famille pauvre, « les préjugés et le manque d'opportunités m’ont fait beaucoup de mal en cours de route ».

« Ça m'a fait mal quand les garçons ne me laissaient pas jouer, ça m'a fait mal quand des entraîneurs adultes des équipes adverses m'ont fait quitter le championnat, parce que j'étais une fille », raconte-t-elle. « Ça m’a fait mal de quitter ma famille pour jouer au football professionnel à 14 ans; mais voir comment ma mère n'a jamais abandonné a été ma plus grande source d’inspiration ».

La footballeuse utilise la même force et le même engagement pour aider le Secrétaire général de l'ONU à promouvoir les ODD, à sensibiliser l'opinion publique, à maintenir l'engagement mondial et à demander plus d'ambition et d’action mesurable pour atteindre les objectifs de développement durable d'ici 2030, sans laisser personne de côté.


Association pour les femmes et les peuples autochtones (AFPAT) Hindou Oumarou Ibrahim, du Tchad, est Défenseure des ODD.
Association pour les femmes et les peuples autochtones (AFPAT) Hindou Oumarou Ibrahim, du Tchad, est Défenseure des ODD.

Hindou Oumarou Ibrahim : le changement climatique est « la mère de toutes les batailles »

Hindou Oumarou Ibrahim, militante pour l'environnement et les droits des peuples autochtones, explique à ONU Info sa passion pour les 17 objectifs de développement durable (ODD).

Selon elle, les peuples autochtones ne voient « aucune différence entre les questions économiques et sociales et la protection de l'environnement ».

« La nature nous donne de la nourriture, des médicaments, de l'air pur et de l'eau pure », explique-t-elle. « La nature est la base de notre économie et nous maintient en équilibre pour cohabiter pacifiquement entre communautés ».

Appelant cela « la mère de toutes les batailles », Mme Ibrahim déclare que « la communauté internationale devrait concentrer tous ses efforts sur la lutte contre le changement climatique ».

« La réalité est que si nous ne réglons pas la crise climatique, notre biodiversité disparaîtra, nos océans mourront et les communautés les plus pauvres et marginalisées du monde en souffriront », souligne la Défenseure des ODD. « Lutter contre le changement climatique est plus qu'un objectif, c'est une bataille qui nécessitera l'adhésion de tous les humains de cette planète ».

La militante tchadienne considère son rôle de Défenseure des objectifs de développement durable comme un « pont entre le système des Nations Unies et ceux qui sont laissés pour compte », affirmant qu'elle souhaite être la « voix » de ceux qui sont réduits au silence, des plus vulnérables et des solutions des peuples autochtones.

« Ils ont tellement à apporter si seulement les dirigeants mondiaux pouvaient prendre le temps de les écouter », affirme-t-elle. Dans les mois à venir, Mme Ibrahim plaidera pour ses « frères et soeurs autochtones » dans toutes les conventions internationales, notamment la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique et la Convention sur la diversité biologique.

« Je ferai de mon mieux pour apporter des solutions concrètes, sur le terrain, là où elles sont le plus nécessaires », affirme-t-elle.


Photo Neil Thomas Edward Ndopu, Défenseur des ODD et fondateur de Stratégies globales pour une éducation incluse, originaire d'Afrique du Sud.
Photo Neil Thomas Edward Ndopu, Défenseur des ODD et fondateur de Stratégies globales pour une éducation incluse, originaire d'Afrique du Sud.

Edward Ndopu : handicap et possibilité « appartiennent à la même phrase »

Eddie Ndopu, 29 ans, a l'habitude de battre les pronostics. Âgé de deux ans, ce défenseur des droits de l'homme et des personnes handicapées en Afrique a reçu un diagnostic d'atrophie musculaire spinale, avec une espérance de vie de cinq ans.

Le nouveau Défenseur des ODD a pour objectif de susciter une ambition plus grande en atteignant l'un de ses « objectifs les plus ambitieux à ce jour », qui consiste à prononcer un discours télévisé devant l'ONU depuis l'espace.

« Ce faisant », a-t-il affirmé, il serait « la première personne handicapée physique à voyager dans l'espace ».

Selon M. Ndopu, son handicap « n’est qu’un aspect » de sa vie et il veut « montrer au monde que les mots ‘handicap’ et ‘possibilité’ appartiennent à la même phrase ».

« Je souhaite m'adresser devant les Nations Unies depuis l'espace pour montrer aux jeunes qui représentent l'ensemble de la société qu'avec une forte personnalité et un peu d'ingéniosité humaine, rien n’est impossible, y compris les objectifs mondiaux pour le développement durable », affirme-t-il.

Il a entendu parler des ODD en 2015 lors de sa participation au Forum économique mondial sur l'Afrique dans la ville du Cap, avant que l'Assemblée générale des Nations Unies adopte le Programme de développement durable à l'horizon 2030.

« Les objectifs mondiaux représentent un ensemble complet et holistique d'idéaux et d'idées pour créer le monde auquel nous aspirons en tant qu'humanité », explique-t-il à ONU Info. « Je suis profondément passionné par le fait de veiller à ce que les ODD reflètent les besoins et les aspirations des couches de la société les plus vulnérables et les plus délaissées, de sorte que le programme - dans son intégralité - concerne tout le monde, sur un pied d'égalité ».

Une personne handicapée est rarement vue « au centre du développement international, changeant le monde en temps réel », déclare-t-il. « Je veux montrer aux enfants handicapés, en utilisant ma vie comme point de référence, qu'ils peuvent devenir les protagonistes de l'histoire de leur propre vie », qu'ils « sont eux-mêmes ce qu'ils souhaitent être ».


Photo ONU Environnement/Natalia Mroz Dia Mirza, Ambassadrice de bonne volonté d'ONU Environnement et Défenseure des ODD
Photo ONU Environnement/Natalia Mroz Dia Mirza, Ambassadrice de bonne volonté d'ONU Environnement et Défenseure des ODD

Dia Mirza : l’environnement est « essentiel »

L'actrice de Bollywood, Miss Asie-Pacifique 2000, et l'ambassadrice de bonne volonté du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), Dia Mirza, a ajouté le titre de Défenseure des ODD, car « les ODD sont eux-mêmes la véritable source d'inspiration de tout ; pour les gens, la paix et la planète ».

« C’est la plate-forme pour laquelle je suis reconnaissante, car elle permet au thème de la protection de parler aux citoyens du monde, aux influenceurs et aux décideurs politiques, ce qui peut nous aider à tous de faire partie du changement », déclare-t-elle.

Pour Dia Mirza, il est « essentiel » que les citoyens et les gouvernements acceptent le fait que « si nous ne garantissons pas la santé de l'environnement, nous ne pourrons jamais progresser ».

« La lutte contre le changement climatique a un impact direct sur la santé, la survie, la justice et la paix de nos populations », explique-t-elle.

Originaire d'Inde, elle note que son pays « deviendra bientôt la nation la plus peuplée ».

« J'espère que mes travaux sur la mise en œuvre des politiques de plaidoyer et les changements de comportement humain permettront de garantir la santé de l'environnement », explique-t-elle, soulignant la nécessité de purifier l'air, l'eau et le sol, et d’avoir « un système de gestion des déchets ».

Dia Mirza espère également « pouvoir garantir la mise en œuvre de la responsabilité élargie du producteur, la protection des forêts et de la faune, la régénération et la propreté des cours d'eau ».

« Les enfants sont au centre de mes préoccupations, car ils sont les plus touchés par l'injustice climatique et la dégradation de l'environnement », conclut la Défenseure des ODD.


Photo Abdullah U. Maigaskiya L'Emir de Kano, Muhammadu Sanusi II, du Nigéria.
Photo Abdullah U. Maigaskiya L'Emir de Kano, Muhammadu Sanusi II, du Nigéria.

Muhammad Sanusi II : éducation, emplois décents sont la « solution miracle » de l’Afrique

Muhammadu Sanusi II, Emir de Kano, s’est impliqué dans les ODD avant le lancement officiel du Programme 2030, alors qu’il était gouverneur de la Banque centrale du Nigéria de 2009 à 2014.

À cette époque, il suivait de près les projets au Nigéria relatifs aux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui étaient dirigés par la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, alors conseillère spéciale du Président nigérian sur les OMD.

Après avoir assisté à la transition des OMD aux ODD, il utilise son rôle actuel pour « réaliser les objectifs », explique-t-il à ONU Info. Selon lui, se concentrer sur ces objectifs est essentiel pour sortir son peuple de la pauvreté

Il est passionné par deux ODD : l'éducation de qualité (ODD 4) et l'emploi décent (ODD8) - en mettant l'accent sur le rôle de la femme.

« Si vous éduquez les filles, vous vous occuperez de nombreuses questions telles que la violence domestique, les inégalités de genre, la mortalité maternelle et infantile, les taux de fécondité élevés, etc., et vous progresserez également dans la lutte contre l'analphabétisme et la pauvreté », déclare-t-il. « Si vous recherchez une solution miracle pour résoudre bon nombre de ces problèmes sur le continent africain, je me concentrerai sur le fait de donner à la petite fille une éducation et la possibilité de gagner un revenu et de contribuer de manière significative à la société ».

Même avec l’éducation, « il faut encore offrir des opportunités économiques », poursuit l’Emir. Selon lui, « cela explique pourquoi, au niveau macroéconomique, nous devons adopter de bonnes politiques » en investissant dans « l’énergie, les compétences et les infrastructures ».

« Si vous éduquez les filles et les femmes et leur offrez ces opportunités, vous commencez vraiment à traiter de nombreux autres objectifs de développement durable », conclut-il.


Photo ONU/Manuel Elias Lauréate du prix Nobel de la paix 2018, Nadia Murad, a été nommée Défenseure des objectifs de développement durable (ODD).
Photo ONU/Manuel Elias Lauréate du prix Nobel de la paix 2018, Nadia Murad, a été nommée Défenseure des objectifs de développement durable (ODD).

Priorité aux droits humains : la lauréate du prix Nobel de la paix, Nadia Murad

Nadia Murad, nouvelle Défenseure des ODD, lauréate du prix Nobel de la paix et ambassadrice de bonne volonté pour la dignité des victimes de la traite des êtres humains, est une voix forte pour les droits humains, tout en attirant l'attention sur le sort tragique de centaines de milliers d'enfants déplacés.
Cette femme yézidie âgée de 26 ans, originaire d'Iraq, a elle-même été victime de la traite des êtres humains et a été vendue comme esclave sexuelle par le groupe terroriste Daech.
Bien qu'elle n’ait pas été mesure de parler à ONU Info pour cet article, elle a déclaré au Conseil de sécurité que la communauté internationale devait « assumer la responsabilité » de sauver les personnes toujours portées disparues et en captivité, depuis 2014, lorsque le groupe terroriste a pris le contrôle de vastes territoires en Iraq et en Syrie.
Un.org 
 


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Août 2019 - 11:41 L’Europe doit s’opposer à Trump














Inscription à la newsletter