lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Deuxième coup d’Etat au Mali : La Cedeao suspend le pays de ses institutions et exige le respect de la période de transition

Mardi 1 Juin 2021

Les chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), en sommet extraordinaire, ont demandé hier la libération immédiate de l'ancien président et le premier ministre de la transition au Mali, assignés à résidence. Ils ont également suspendu le Mali des institutions de la Cedeao.


Libérer immédiatement le président de transition au Mali Bah N’Daw et le premier ministre Moctar Ouane. C’est l’appel des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest qui se sont réunis hier en sommet extraordinaire sur la situation au Mali, convoqué par Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, président de la République du Ghana et actuel président de l'Autorité des chefs d'État et de gouvernement de la Cedeao, à Accra, au Ghana,

Selon le communiqué issu de la rencontre, après la présentation du rapport par Goodluck Ebele JONATHAN, ancien président de la République fédérale du Nigéria et envoyé spécial et médiateur de la Cedeao  au Mali, les chefs d'État ont exprimé de vives et profondes inquiétudes face à la crise actuelle au Mali, qui arrive à mi-chemin de la fin de la période de transition convenue, dans le contexte des défis de sécurité liés aux attaques terroristes incessantes et à la pandémie de Covid-19 avec ses conséquences socio-économiques désastreuses.

A l’en croire, « les chefs d'État demandent la libération immédiate de l'ancien président et le premier ministre de la transition, assignés à résidence ». Le document rapporte également qu’ils condamnent fermement ce récent coup d'État qui est une violation des décisions prises lors du sommet extraordinaire tenu au Peduase Lodge, Aburi, Ghana, le 15 septembre 2020 et une violation de la Charte de transition.

Le Mali suspendu des institutions de la Cedeao

Après de longues discussions sur la situation au Mali, les chefs d'État et de gouvernement ont pris les un certain nombre de décisions. En ce sens, ils ont décidé de suspendre le Mali des institutions de la Cedeao conformément à ses dispositions. Ils réaffirment l’importance et la nécessité de respecter le processus démocratique d’accession au pouvoir, conformément au Protocole de 2001 de la Cedeao sur la démocratie et la bonne gouvernance. Ils condamnent, en particulier, toutes les actions qui ont conduit à l'instabilité persistante au Mali et ses conséquences dans la région.

Les chefs d’Etat et de gouvernement demandent, dans la foulée, la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil et soulignent qu’un nouveau gouvernement inclusif devrait être formé pour poursuivre le programme de transition. Ils réaffirment « la nécessité de respecter la période de transition de 18 mois décidée à Accra.

Dans ce contexte, disent-ils, la date du 27 février 2022 déjà annoncée pour l'élection présidentielle doit être absolument maintenue. Un mécanisme de suivi sera mis en place à cet effet, rapporte le communiqué. Le relève qu’ils réitèrent les décisions antérieures selon lesquelles le chef de la transition, le vice-président et le premier ministre de la transition ne devraient en aucun cas être candidats à la prochaine élection présidentielle.

« Réaffirmons le soutien de la Cedeao pour accompagner le processus de transition au Mali », rappellent les autorités de l’institution. Qui exhortent tous les partenaires internationaux (l'Union africaine, les Nations Unies et l'Union européenne) à continuer à soutenir le Mali dans la mise en œuvre réussie de la transition.
Bassirou MBAYE














Inscription à la newsletter