lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Comptes extérieurs du Mali au titre de 2021 : Forte dépendance des exportations d’or

Vendredi 30 Décembre 2022

Le métal jaune est de loin le principal produit d’exportation de notre pays. En 2021, il a représenté 79% du total. à l’issue de la même année, la balance commerciale a affiché un déficit de 169 milliards de Fcfa, en recul par rapport à 2020 où elle était excédentaire de 290 milliards de Fcfa


Les exportations de biens se sont élevées à 2.693,8 milliards de Fcfa, en repli de 2,4% par rapport à 2020, en liaison avec la baisse des ventes extérieures d’or monétaire. L’or y représente 79%, suivi du coton, avec 6%, pour des montants de 2.129 milliards et 157 milliards Fcfa respectivement. Ces chiffres illustrent la très forte dépendance du Mali par rapport aux exportations d’or.

La balance commerciale qui représente la différence entre la valeur des biens exportés et celle des biens importés, est ressortie déficitaire de 169 milliards de Fcfa, en dégradation par rapport à 2020 où elle a affiché un excédent de 290 milliards de Fcfa. Cette évolution est imputable à la forte progression des importations, parallèlement à la baisse des exportations. Le solde courant est ressorti à -814 milliards en 2021 et représente -7,7% du PIB.

Les critères de convergence de l’Uemoa prévoient un maximum de -5% du PIB. Le solde global s’est établi à -57,8 milliards de Fcfa après un excédent de 450,8 milliards de Fcfa l’année précédente.

Ces chiffres clés de la balance des paiements de 2021 ont été présentés mardi dernier à l’occasion de la journée de diffusion des comptes extérieurs du Mali au titre de l’année 2021. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le conseiller technique au ministère de l’Economie et des Finances, Diakaridia Dembélé. C’était en présence du directeur national de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), Konzo Traoré et des directeurs généraux de sociétés et de banques et établissements financiers.

Cette journée était l’occasion d’échanger sur le thème «La hausse des prix : origines, impacts et défis». Le directeur national de la Bceao a souligné que la détérioration du solde global s’explique essentiellement par celui du compte courant. À ce titre, la structure coordonne l’ensemble des activités qui permettent de déterminer les données définitives agrégées relatives aux paiements extérieurs.

Selon le directeur national de la Bceao, les comptes extérieurs comprennent la balance des paiements et la position extérieure globale et sont établis conformément au Manuel de balance des paiements (MBP6) du Fonds monétaire international. Ils retracent pour une période donnée, les transactions entre un pays et le reste du monde. «Les comptes extérieurs sont produits annuellement.

Actuellement, les efforts accomplis ont permis de réduire substantiellement le délai de production des comptes annuels autour de 10 mois, contre 24 à 36 mois, il y a quelques années. Après validation par le Comité national institué à cet effet, actuellement présidé par le directeur général de l’Instat, les comptes extérieurs deviennent définitifs et sont largement diffusés», a détaillé Konzo Traoré.

Le conseiller technique s’est réjoui du fait que le Mali est aligné sur les meilleurs standards observés dans les pays à niveau de développement économique comparable et doit s’inscrire dans un processus d’amélioration continue.

À cet effet, Diakaridia Dembélé a exhorté les acteurs de la chaîne de production des données statistiques, comptes extérieurs compris, à œuvrer pour que le Mali franchisse un nouveau palier vers les normes des pays à outils statistiques développés. Selon Diakaridia Dembélé, les données présentées font état d’une détérioration des comptes extérieurs du Mali, avec un solde déficitaire de la balance des paiements de 57,8 milliards Fcfa, faisant suite à trois années consécutives d’excédent du solde global.

A cet égard, le conseiller technique assure qu’il est nécessaire pour l’État et le secteur privé de concevoir et de mettre en œuvre des politiques adéquates permettant à notre pays de renforcer sa compétitivité et réduire sa vulnérabilité face aux chocs externes.

Il s’agira de créer les conditions permettant aux entreprises de conquérir des marchés extérieurs, avec une offre diversifiée et de qualité. Cette stratégie inclut, entre autres, la création de chaînes de valeur pour les matières premières produites, l’élargissement de la base des produits d’exportation et l’amélioration de la qualité de la production.

Par Amadou GUEGUERE

https://www.maliweb.net/















Inscription à la newsletter