lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Barrage de Taoussa : Les PTF sollicités pour la poursuite des travaux de ce projet de 167, 930 milliards de FCFA

Vendredi 13 Avril 2018

Le projet d'aménagement de Taoussa est l'expression d'un effort financier conjoint de l’Etat du Mali et ses Partenaires techniques et financiers. Pour un coût de 167, 930 milliards de FCFA, le gouvernement du Mali y intervient pour plus de 41 milliards de F CFA, dont 8 milliards déjà mobilisés. Cette table ronde avec les partenaires techniques et financiers (PTF) vise a relancer les travaux qui souffrent de la crise sécuritaire.


Malgré les efforts consentis tant au niveau financier que pour le déploiement des FAMAS en passant par la mise en œuvre des mesures de sûreté, les entreprises n'ont pas jugé utile de mobiliser leur personnel et le matériel indispensable à l'exécution des travaux. Or, le bassin du fleuve Niger, avec ses potentialités, constitue un enjeu majeur de développement socio-économique de la sous-région en général, du Mali et de la partie nord du pays en particulier. Il est impérieux d'y engager d'importants programmes d'aménagement pour inverser les tendances actuelles de dégradation qui l'ont fortement marqué, justifiant du coup le projet d'aménagement de Taoussa dont les impacts positifs attendus feront des régions du nord un véritable pôle de développement.
L'aménagement du barrage de Taoussa et les travaux connexes se traduiront par l'absorption de la quasi-totalité de la main d'œuvre de la zone tout en assurant l'autosuffisance alimentaire de ladite zone, une croissance de près de 3% du cheptel, la production de 7 800 tonnes de poissons par an et de 118 GWh/an pour couvrir une partie des besoins en énergie de la zone.
A moyen et long termes, le taux d'activités de la population rurale passera de 42% à 97% avec des revenus monétaires passant de 50.000 F CFA à 500.000 F CFA par famille. C'est dans cette perspective que la poursuite de l'accompagnement technique et financier des PTF est sollicitée pour la réalisation de cet important projet déterminant pour la paix et le développement durable.
Ce projet, selon le ministre Malick Alhousséini, est fortement attendu par les populations qui y fondent assez d'espoirs. Il contribuera à la cohésion et marquera un nouveau départ pour la transformation des régions du nord tant sur le plan économique que social. C’est pourquoi, le gouvernement compte sur l’engagement des PTF pour la poursuite des travaux de ce chantier. 
Youssef  Ibrahim


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter