lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Assainissement : Vers l'arrêt des activités de Ozone Mali faute de ressources

Jeudi 7 Février 2019

La société Ozone Mali, signataire d’une convention d’assainissement de la ville de Bamako en date du 25 septembre 2014 pour un montant de 9 milliards de FCFA et sur une durée de huit ans, se dirige droit vers le dépôt de bilan. Selon cette convention, Ozone Mali devait être financée par la Mairie du District de Bamako et l’Etat.


Assainissement : Vers l'arrêt des activités de Ozone Mali faute de ressources
A son arrivée en 2014, la ville de Bamako connaissait de sérieux problèmes d’assainissement, dus à l’engorgement des dépôts d’ordures dans toutes les communes, aux dépôts des déchets aux coins des rues, créant des dépôts d’ordures anarchiques, à l’obstruction des canalisations, avec pour corollaire  les nuisances multiples que sont les agressions visuelles, les inondations etc…
 
Depuis la signature de la convention d’établissement d’Ozone à aujourd’hui , on ne peut que constater un enlisement patent de l’expérience d’Ozone Mali à Bamako.  
 
En effet,  les travailleurs n’ont  eu cesse de réclamer le payement de plus de 14 milliards FCFA au cours de l’année écoulée. Ils ont  même observé deux mois de grève pour non payement de leurs salaires et pour la survie de leur service. Aussi, ils ont interpellé les autorités notamment le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta.     
 
A  préciser que ce montant est le cumul  des impayés dus. Bref, le non payement des factures d’Ozone Mali par l’État, à travers la mairie du District, qui s’élèvent à plus de 14 milliards de FCFA entraine des difficultés financières  de la  société  Ozone Mali. «  Ozone Mali a de gros soucis financiers, à cause des factures impayées. Les agents ont peu d’instruments de travail. Même les carburants pour les véhicules commencent à prendre du retard et bien d’autres problèmes ».

Si l’État tient  encore à cette convention, il doit s’y impliquer afin qu’Ozone Mali rentre dans ses droits.
 
Mahamane Maïga














Inscription à la newsletter