lejecom  Le journal de l’économie Malienne


Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure.

Appui à la décentralisation au Mali : La Banque mondiale dégage un montant de 50 millions de dollars

Jeudi 6 Juin 2019

Au Mali, la Banque mondiale appuie la décentralisation par le renforcement du déploiement des ressources et des capacités dans les collectivités territoriales. Pour cela, elle a mobilisé un montant de 50 millions de dollars.


La Banque mondiale a approuvé le 23 mai 2019 un don de 50 millions de dollars pour appuyer le Mali dans ses efforts d’opérationnalisation de l’agenda de décentralisation et de renforcement des capacités institutionnelles des collectivités territoriales.

Selon un communiqué reçu au Journal de l’économie malienne (Lejecom), ce don constitue l’élément central d’un financement total de 95 millions de dollars qui sera mis à la disposition du gouvernement pour l’appuyer dans ses efforts de décentralisation et d’amélioration de l’accès aux services de santé et à l’éducation.

Des financements additionnels d’autres partenaires, tels que la France, les Pays-Bas, et la Suisse, vont compléter ce don de l’Ida. « La décentralisation favorise entre autres le processus démocratique et la participation locale à la gestion des affaires publiques dans des secteurs prioritaires tels que la santé et l'éducation.

Le Projet de déploiement des ressources de l’État pour l’amélioration des services permet à la Banque mondiale d’accompagner, avec d’autres partenaires, le gouvernement dans l’allocation et l’amélioration de la gestion des ressources financières au niveau des collectivités territoriales et de renforcer les institutions nationales et locales », indique Soukeyna Kane, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali.

Le document renseigne qu’avec l'adoption de la loi de 2017 sur les collectivités locales, les communes sont désormais responsables de l'éducation préscolaire, celle de base et non formelle, de la formation professionnelle et de l'apprentissage, ainsi que de la santé, de l'hygiène publique et de l'assainissement. «Dans un esprit de subsidiarité, le cadre juridique précise que ces services relèvent des structures de gestion locales.

Cependant, l’acheminement des financements vers les fournisseurs de service est soumis à une procédure complexe. Ceci s’explique en partie parce que les secteurs de la santé et de l'éducation, en principe décentralisés, restent largement organisés en administrations déconcentrées », lit-on dans le communiqué.

« En le basant en partie sur une nouvelle modalité de financement, qui lie les décaissements à la performance dans les secteurs éducation et santé, le projet vise à augmenter les ressources mises à la disposition des collectivités pour la fourniture des services et à renforcer les mécanismes décentralisés, y compris l’implication des bénéficiaires et utilisateurs des services », déclare Fabienne Mroczka, chargée du projet pour la Banque mondiale.  
« Ce projet revêt une grande importance pour le processus de décentralisation et de déploiement des ressources publiques au Mali. Son approche transformatrice et évolutive permet d’atteindre dans un premier temps 100 communes et près de 43% de la population, et à terme de couvrir l’ensemble des collectivités territoriales. (…)», souligne Alexandre Arrobbio, chef d’unité Gouvernance Afrique de l’Ouest à la Banque mondiale.
Adou FAYE














Inscription à la newsletter