lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Agriculture : Le soja érigé en culture prioritaire

Lundi 25 Avril 2022

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Choguel Kokalla Maïga a présidé, le mardi 12 avril 2022, la cérémonie de clôture de l’Atelier national pour le développement de la culture du Soja au Mali.


Prendre en compte les recommandations et l’étude portant sur ‘’l’économie de la filière Soja  au Mali’’, élaborer une stratégie de plaidoyer pour le développement de la filière Soja au Mali tels sont les objectifs  de cet atelier  sur le Soja  au Mali.

En effet, les revenus potentiellement générés par la filière Soja par an au Mali seront plus de 390 milliards de FCFA, dont 130 milliards de masse salariale bénéficiant à 43 000 emplois directs et des emplois saisonniers supplémentaires pour environ 10% des agriculteurs dont des femmes. La filière génère par ailleurs  90 milliards de recette  additionnelle fiscales et sociales annuelles  pour l’Etat.

Des potentialités qui ont séduit le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga. « Avec la crise mondiale actuelle, il est évident que les produits alimentaires sont un enjeu géopolitique important », a souligné le Premier ministre.  Et d’ajouter : « Un peuple qui a faim ne peut pas être libre et indépendant». A côté de l’armée pour la sécurité, Choguel estime qu’il faut une armée pour nourrir le peuple. « Vous (les paysans) êtes les fantassins de cette armée », a-t-il indiqué pour saluer le travail du paysan malien.

En outre, le Premier ministre  a salué le succès  et la nécessité de cette rencontre qui ne vient que confirmer le caractère hautement structurant du Soja dans le paysage agro-alimentaire malien. « Ma présence témoigne du soutien du gouvernement à la  filière Soja  dont   l’importance n’est plus à démontrer » a déclaré Choguel Kokalla Maïga. Il a confirmé e la décision du gouvernement  d’ériger  désormais le Soja en filière stratégique  et prioritaire au même titre que le coton,  riz et autres  cultures pour le Mali.

Quant au   ministre du Développement Rural, Modibo Keïta, il  dira que  même si  la culture du Soja   n’est pas encore très vulgarisée,  elle progresse tant  bien que mal dans certaines localités du pays. Toute chose qui  peut s’expliquer par l’intérêt des promoteurs d’huileries pour lesquelles,  il peut constituer un excellent substitut à la graine de coton  dont la production ne cesse d’être en deçà des besoins nationaux. « Nonobstant  cet  intérêt pour la culture  du  Soja, le Mali ne dispose pas  encore d’une stratégie à court et à moyen terme pour le développement  de cette culture, ni un programme de sélection    variétale » a regretté  le ministre Keïta.

Selon lui, le développement de la culture du Soja au Mali pourrait contribuer largement à l’atteinte des  objectifs, certes ambitieux,  mais non impossible pour acquérir la sécurité alimentaire et nutritionnelle  pour accéder à la vraie indépendance qui est la souveraineté alimentaire.

A signaler que l’atelier a été clôturé par la remise des recommandations formulées à l’intention des plus hautes autorités du Mali par Youssouf Traoré, vice-président du JMI au Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga.

Mémé Sanogo















Inscription à la newsletter