lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

AEC 2018 : L’Afrique doit se concentrer sur sa grande ressource, ses jeunes, disent les experts

Jeudi 6 Décembre 2018

Le Professeur Paul Collier, l’un des économistes du développement les plus influents au monde, met en garde que les dix années «easy decade» de croissance économique accélérée de l’Afrique touche à sa fin et que seule une création d’emplois et une intégration accélérées garantiront une croissance et un développement durables sur tout le continent.


Tel est le discours liminaire de Collier, Professeur d’économie et de politique publique à la Blavatnik School of Government de l’Université d’Oxford, lors de l’édition 2018 de la Conférence économique africaine, organisée par la Banque africaine de développement, la Commission économique pour l’Afrique et le Programme des Nations Unies pour le développement, à Kigali, au Rwanda. 

Il a pris la parole ce lundi, premier jour de la conférence de trois jours, lors d’un panel de haut niveau sur «Les facteurs, les opportunités et les leçons pour l’intégration de l’Afrique» qui réunissait des experts et des décideurs de haut niveau, qui faisaient des observations et donnaient leurs points de vue sur la question de l’intégration régionale et continentale. 

Les 10 années de l’Afrique sont révolues ; mais la dernière décennie de croissance africaine n’était pas durable. Maintenant, l’Afrique doit se concentrer sur sa grande ressource – sa jeunesse. Aucun autre continent n’a autant à offrir que l’afflux de jeunes travailleurs. Les emplois productifs sont la priorité», déclare Collier. 

«Les jeunes ne peuvent pas créer d’emplois prioritaires par eux-mêmes. Ces emplois doivent être créés. La principale tâche des décideurs politiques en Afrique au cours de la prochaine décennie est donc de créer des emplois productifs pour les jeunes à un rythme jamais vu auparavant ». 

Collier ajoute que la connectivité entre les pays africains libérera le potentiel de nombreux pays et que cette connectivité doit être à la fois en termes de transport physique et d’idéologie politique. 
«Les petits pays sont condamnés à la pauvreté s’ils ne disposent pas de marchés ouverts et de sociétés libres. Et pourtant, le pays africain typique est petit, avec des marchés fermés. C’est une combinaison désastreuse. La Zone de libre-échange continentale africaine est donc un pas en avant très important», dit-il. 

Le Professeur Ademola Oyejide, Professeur émérite d’économie à l’Université d’Ibadan et Président du Centre pour le commerce et les initiatives de développement, souligne également que l’intégration régionale doit conduire à l’intégration continentale globale. 

«Nous ne devons pas détruire les Communautés économiques régionales par le protectionnisme et les obstacles inutiles au commerce. En tant que dirigeants africains, nous ne sommes pas en train de concevoir des programmes régionaux théoriques : nous attendons de réels progrès des blocs régionaux», indique-t-il. 

Le Professeur Klaus Zimmermann, Président de l’Organisation mondiale du travail (Global Labour Organization), ajoute : «L’Afrique est maintenant sur la bonne voie et doit avancer dans la direction de la ZLECA. L’un des principaux atouts de cet enjeu est le peuple africain». 

La Secrétaire exécutive adjointe de la CEA, Giovanie Biha, qui participait également au panel, renforce les appels lancés au continent pour que ce dernier donne la priorité à sa jeunesse en s’assurant que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) facilite la création d’opportunités pour les entreprises durables qui créeront qui à leur tour créeront les emplois pour les jeunes africains. 

Emmanuel Nnadozie, Secrétaire exécutif de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique, informe que les gouvernements doivent adopter des politiques leur permettant de diversifier l’économie de leur pays et de réduire leur dépendance vis-à-vis des produits de base. 

La Zone de libre-échange continentale stimulera les échanges intra-africains jusqu’à 35 milliards de dollars par an, ce qui entraînera une augmentation de 52% des échanges d’ici 2022 et une réduction vitale de 10 milliards de dollars des importations en Afrique. 
  
  
Pathe TOURE


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter