lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure.

36 éme Assemblée Générale annuelle du conseil des bureaux du système d’assurance Carte Brune : La problématique du financement au menu

Vendredi 11 Octobre 2019

Lancée depuis 1982, le système de la carte burne dont l’objectif est de garantir aux victimes des accidents de la circulation une prompte et équitable indemnisation des dommages qui leurs sont causés par les automobilistes non-résidents en visite sur leur territoire, en provenance d’autres Etats membres de la CEDEAO, est encore à la traine face à la carte Rose en vigueur depuis 1996 dans la Zone CEMAC.


Selon le gambien Dawda Sarge, président sortant du comité des bureaux, qui s’exprimait en marge de la cérémonie d’ouverture de la 36éme assemblée générale annuelle du conseil des bureaux du système d’assurance Carte Brune CEDEAO qui s’est  tenue  à Dakar,  la Carte Brune Cedeao est confrontée à plusieurs difficultés d’ordre financier notamment. 
 
En effet, le directeur du bureau national gambien estime que certains Etats  n’honorent pas leur contribution pour le fonctionnement du système. Et à cette faiblesse dans la mobilisation des ressources financières, s’ajoute, la non diversification des sources de financements additionnels.
Il a noté  également parmi les difficultés, les retards dans la compensation financière en cas de sinistres ou d’accidents, ainsi que  la non mise en œuvre de certaines décisions qui ont été prises lors des rencontres des instances. « Tous les Etats n’ont pas respecté le protocole relatif à la systématisation de la carte brune assurance Cedeao » clame-t-il.

Mamadou Fofana, le secrétaire exécutif du bureau national du Mali,  est du même avis. Mais pour lui  la problématique du financement se trouve à deux niveaux. C’est d’abord,  le problème du financement du système qui relève de la cotisation des membres, à ce niveau il reconnait que certains pays  trainent,  bloquant le bon fonctionnement de la structure. C’est ensuite    le financement des bureaux nationaux, pour qui estime-t-il,  il faudrait que ces derniers aient de la liquidité nécessaire pour le paiement des sinistres  et ainsi aller dans le sens de l’apaisement  du climat social. 
 
En revanche pour  le secrétaire exécutif du bureau national ivoirien Dikoh  Ba Lamine, le système de la carte brune n’est pas seulement confronté à des problèmes de financement, mais surtout de communication.
Il y a selon lui, un réel problème de communication,  « les acteurs doivent être sensibilisés car la carte Brune est méconnue ». Il ajoute qu’en « Côte d’ivoire tous les deux mois les consommateurs et les transporteurs trouvent un sujet  pour discuter de la carte et parfois aller au niveau des frontières pour sensibiliser les hommes de tenues ».
 
Il est encore anormal  que dans certains pays des véhicules soient immobilisés suite à un accident dans un espace où l’on parle de libre circulation des biens et des personnes a –t-il conclut.
 
Quant au Président nouvellement élu Mamadou Moustapha Noba , il  promet de ne ménager aucun effort pour la levée des entravent qui plombent encore le développement de la Carte Brune dans l’espace Cedeao.   
 
Pour relever le défi de  la communication, le 23 mai  a été retenue comme journée consacrée à la carte brune, et ce sera l’occasion de sensibiliser les acteurs impliqués dans le système  de la carte brune dans tous les pays de la Cedeao.
 
Rappelons que durant trois jours les participants à cette rencontre régionale se sont penchés  sur le thème : «  la Carte Brune CEDEAO : Quel système d’assurance Carte Brune pour accompagner le développement économique et social de la CEDEAO » et les travaux des ont portés  sur les thèmes relatifs à la gouvernance pour la carte brune, la problématique du financement du système, la modernisation des bureaux nationaux entre autres, afin de trouver des approches  visant à pérenniser  le système.
 
Ndeye Maguette Kebe
 
 
 
 
 
 


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter