lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure.

Umoa : Le maintien du régime de change fixe et de la parité permet de protéger le faible niveau d’inflation observé dans la zone

Vendredi 22 Mai 2020

Le nouvel accord de coopération entre le gouvernement de la République française et ceux des Etats membres de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa) qui a eu l’approbation du Conseil des ministres français qui s’est tenu le mercredi 20 mai 2020 va entrainer un certain nombre de conséquences sur les plans économique et social. Dans un document du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et le ministère de l’Economie et des Finances de France, Jean Yves Le Drian et Bruno Lemaire reviennent sur certaines de ces conséquences présentées mercredi dernier aux membres du gouvernement français.


Umoa : Le maintien du régime de change fixe et de la parité permet de protéger le faible niveau d’inflation observé dans la zone
Toute évolution engendre ses conséquences. Celle de la coopération entre la France et les Etats membres de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa) ne fera pas exception. En effet, au plan économique, le nouvel accord de coopération liant les deux partenaires, signé le 21 décembre dernier, devant changer le nom du Franc Cfa en Eco et éliminer la présence française dans les instances de décision de la l’Union, « maintient inchangés les paramètres essentiels à la stabilité macroéconomique et monétaire de l’Umoa ». Il s’agit notamment du maintien de la parité fixe de la monnaie commune de la zone avec l’euro et de la garantie illimitée et inconditionnelle de convertibilité assurée par la France.

La garantie apportée par la France fonctionnera sur le même principe qu’aujourd’hui (avec le Franc Cfa). C’est dire que si la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) fait face à un manque de disponibilités pour couvrir ses engagements en devises, elle pourra se procurer les euros nécessaires auprès de la France. La crédibilité de l’ancrage de la monnaie de l’Union sur l’euro est donc préservée.
La fin de l’obligation de dépôt des réserves de change de la Bceao permettra à cette dernière de disposer de la totalité de ses réserves et de décider de leur allocation et de leur placement, avec, dans l’environnement de taux actuel, un impact probable sur la rémunération de ces avoirs.

Aussi, la réforme des relations de coopération monétaire entre l’UEMOA et la France s’inscrit dans le contexte de la création d’une monnaie unique à l’échelle plus large de la CEDEAO. La mise en œuvre de ce projet économique pourrait débuter dès 2020, comme l’ont annoncé les autorités de la région. Pour autant, de nombreuses étapes restent encore à franchir et le respect des critères de convergence par chacun des États membres sera déterminant. C’est notamment pour s’inscrire dans ce processus et préparer les échéances à venir de la création de la monnaie unique à l’échelle de l’ensemble de la CEDEAO que les autorités de l’UEMOA ont souhaité moderniser les modalités de leur coopération monétaire avec la France.

La transition vers un régime de change flexible, évoquée par la CEDEAO pour sa monnaie unique, correspond cependant à un objectif de plus long terme, lorsque le projet de monnaie unique CEDEAO aura pu être concrétisé à l’échelle de toute la CEDEAO. Ce n’est pas l’objet principal de la réforme de la coopération entre l’UEMOA et la France, qui reste pleinement engagée aux côtés de ses partenaires, comme le montre le maintien de la garantie illimitée de convertibilité de la devise, au même taux fixe qu’aujourd’hui.
 
Enfin, sur le plan social, « cet accord n’emporte pas de conséquences en France », renseigne le Projet de loi. En revanche, dans les pays de l’Uemoa, le maintien du régime de change fixe et de la parité permet de protéger le faible niveau d’inflation observé dans la zone. Le niveau d’inflation des pays de l’Union (env. 1,5% pour 2019) est ainsi bien inférieur à la moyenne d’Afrique subsaharienne (8% en 2019). Une inflation faible est un facteur de réduction de la pauvreté, compte tenu de son impact sur la préservation du pouvoir d’achat des plus modestes, qui ne disposent pas des moyens de protéger leur épargne contre une inflation forte.
Bassirou MBAYE











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter