lejecom  Le journal de l’économie Malienne


Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La FANAF organise  du 17 au 19 septembre 2018 à Abidjan un séminaire sur le thème : "Pratiques de la digitalisation dans la commercialisation des produits d'assurance vie"

Secteur coton : Le Mali garde sa position de premier producteur

Jeudi 10 Janvier 2019

L’information émane de l’Association Régionale des Producteurs de Coton Africain (AProCA). Sur la base des résultats de la campagne agricole 2017-2018, on apprend que le Mali occupe sa position de premier producteur africain. Toutefois, malgré l’obtention de ce rang, l’AProCA note quelques difficultés majeures ayant entaché cette campagne.


Se basant sur les résultats de la campagne agricole 2017-2018, l’Association Régionale des Producteurs de Coton Africain présente son classement au niveau du secteur en Afrique de l’Ouest. Ainsi,  le Mali occupe sa position de premier producteur africain avec 728 606 tonnes de coton graine. Il arrive ainsi devant le Burkina Faso avec une production de 612 723 tonnes, le Bénin avec 597 373 tonnes, la Côte d’Ivoire avec 413 205 tonnes, le Sénégal avec 13 376 tonnes, le Togo avec 117 166 tonnes et la Guinée en dernière position avec 9 878 tonnes.
Pour la campagne 2018-2019 au Mali, les prévisions vont à 750 000 tonnes.Néanmoins, malgré l’obtention de ce rang, l’AProCA note quelques difficultés majeures ayant entaché cette campagne qui vient de s’écouler notamment les fortes pluies, la présence de la fièvre aphteuse qui a été un coup dur pour le cheptel notamment les bœufs, les dégâts de chenilles légionnaires, etc.

Pour rappel, lors de la présentation de  l’état de la campagne agricole, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture a affirmé que la situation pluviométrique a été caractérisée par un démarrage tardif qui a occasionné un retard dans la mise en place des cultures de manière générale.

« Aussi, par la suite, les pluies ont été normales à excédentaire sur l’ensemble du territoire national par rapport à la dernière campagne agricole », a-t-il fait savoir.
Avant de déplorer que l’abondance des pluies et la forte montée du niveau des crues dans les cours d’eau ont entrainé l’inondation de certaines parcelles agricoles.

«Les évaluations à la date du 20 octobre donnent 6% de pertes en riz et 0,6% de perte sur la culture céréalière sur l’ensemble du territoire national », a-t-il révélé.
S’agissant de la situation phytosanitaire, le conférencier a évoqué des attaques de chenilles légionnaires dans les grands bassins de production de maïs, en début de saison.

De même, soutient-il, vers la fin du mois de septembre, il a été signalé la présence d’oiseaux granivores dans la bande sahélienne du pays notamment à Nioro du Sahel, l’Office du Niger et l’Office riz Mopti.
Mahamane Maïga









EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter