lejecom  Le journal de l’économie Malienne


Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure.

Rapport mondial de suivi de l’éducation : Intégrer l’émigration dans les programmes et plans nationaux

Vendredi 13 Septembre 2019

Le rapport mondial de suivi sur l’éducation, édition 2018/19 dont le thème est « Migration, Déplacement et Education : Construire des ponts et non des murs », lancé récemment, dans la salle polyvalente Socar Anna Coulibaly, de Souban, recommande de protéger le droit, l’intégration de l’émigration dans les programmes éducatifs et les plans nationaux, a constaté l’AMAP.


Il demande, aussi, aux Etats, entre autres, de « répondre aux besoins des migrants, surtout en matière de langue (et) reformer l’aide humanitaire au développement ». 
La présentation de la stratégie d’encadrement des élèves déplacés dans le Nord du Mali concorde avec un certaines actions que le rapport recommande, notamment « assurer l’intégration des migrants et refugiés dans les systèmes éducatifs nationaux, thématiser la migration et la fuite dans les enseignements pour faire reculer les préjugés, appréhender et  planifier les migrants et les refugiés ». 

 L’événement était présidé par le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Kinane Ag Gadeda, en présence du directeur de cabinet du gouverneur de la Région, Sékou Samaké, et du représentant de l’Unesco, Sy Saip, qui a exposé le contenu du rapport. 

D’emblée, il a annoncé que son institution est responsable de la mise en œuvre de l’Objectif 4 du Programme de développement durable à l’horizon 2030, à savoir « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité sur un pied d’égalité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout le long de la vie. » 

Dispensée dans des conditions d’égalité, l’Education construit des ponts et lorsqu’elle est inégalitaire, elle élève des mûrs entre les migrants, les refugiés et leur communauté d’accueil. A ce sujet, le représentant de l’Unesco a signifié que « l’offre des dispositifs d’éducation inclusive destiné aux migrants refugiés et autres personnes déplacées progresse lentement ». Il a ajouté que le monde s’est fixé un nouveau programme plus ambitieux en faveur de l’éducation universelle pour la période de 2015 /2030. 
Le représentant de l’Unesco a expliqué les données sur l’ampleur et les caractéristiques des différents types de migration et de déplacement et leurs effets sur l’éducation avant de faire le point sur les progrès accomplis en Education, dans le cadre du développement durable, à l’horizon 2030. 

En conclusion, Sy Saip a signifié que « l’Education joue un rôle dans la décision de migrer et que l’insécurité constitue un frein pour les systèmes éducatifs ». Dans ce cadre, le témoignage d’un enseignant de Kidal montre le chemin qui reste à l’Etat,dans son « implication dans la sécurité des enseignants et leur offrir de meilleures conditions de travail. 

« Le Mali est engagé dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) pour l’horizon 2030, spécifiquement l’ODD4 qui concerne le secteur de l’Education, à travers la réalisation de ses dix cibles. Le Document de programme et le plan d’action pluriannuel budgétisé du Programme décennal de développement de l’éducation 2è génération ont été adoptés en Conseil de ministres en mars 2019 », a assuré le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale Kinane Ag Gadeda. Il a renouvelé l’engagement du ministre et celui du gouvernement à mettre en œuvre, raisonnablement, ce cadre d’actions. 

La cérémonie s’est achevée par la remise d’une copie du rapport au directeur de cabinet du gouverneur. Etaient, également, présent à la cérémonie, la secrétaire générale de la Commission nationale malienne Unesco-Isesco, Pr Kadia Maïga, le directeur de la Cellule de planification stratégique (CPS), Dr Diakaridia Koné.
Amap.ml


Dans la même rubrique :
< >













Inscription à la newsletter