lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Rapport Ocde : Le Luxembourg a atteint des niveaux élevés de croissance et de bien-être, mais doit faire davantage pour préserver et partager sa prospérité

Jeudi 11 Juillet 2019

L’expansion de l’économie du Luxembourg s’est poursuivie à un rythme rapide et le bien-être est à un niveau enviable, mais les pouvoirs publics pourraient faire davantage pour que la croissance soit durable et inclusive, selon un nouveau rapport de l’OCDE.


Dans la  dernière Étude économique du Luxembourg   réalisée par l’OCDE, les enjeux que constituent une offre de logements plus abordables et la revitalisation de la croissance de la productivité sont analysés. Selon les prévisions présentées dans cette Étude, l’expansion économique devrait se poursuivre à un taux d’environ 2 % cette année, et de 2.5 % l’an prochain, mais les risques d’un possible ralentissement de la croissance sont également pointés. 
  
L’Étude, présentée à Luxembourg-Ville par le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría, le ministre luxembourgeois des Finances Pierre Gramegnan et la ministre luxembourgeoise du Logement Sam Tanson, aborde la nécessité de remédier aux risques dans le secteur financier et aux tensions que fait peser le vieillissement, ainsi que de recourir à une réforme fiscale pour soutenir une croissance durable.   
  
«Le Luxembourg se trouve dans une situation enviable, sa croissance est plus rapide que celle de ses voisins et le niveau de bien-être pour ses citoyens est élevé», a déclaré Gurría. «Toute la difficulté aujourd’hui pour les responsables de l’action publique consiste à assurer que le Luxembourg préserve cette prospérité et que celle-ci soit partagée par le plus grand nombre, grâce à des réformes qui confortent la résilience économique, l’inclusion et la viabilité à long terme de l’économie». 
  
Selon l’Étude, la réduction des risques financiers devrait être une priorité. Compte tenu de l’accroissement du surendettement des ménages, qui les expose, ainsi que les banques, à des vulnérabilités, l’Étude recommande de mettre en place des instruments macroprudentiels axés sur les emprunteurs, et notamment de plafonner les quotités de financement ou les ratios service de la dette/revenus, ainsi que le prévoit un projet de loi. 
  
La nécessité de renforcer encore la résilience du secteur financier et de favoriser la transition vers une économie bas carbone est également soulignée dans l’Étude. Il convient que les intermédiaires financiers poursuivent la diffusion d’informations sur l’exposition de leurs portefeuilles aux risques climatiques, conformément aux recommandations du Groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives au climat (TCFD). Un renforcement de la supervision financière, notamment en continuant de surveiller les risques de crédit sur les expositions intra-groupe et de multiplier les inspections sur place et les données collectées sur les fonds d’investissement, est également nécessaire.   
  
Par ailleurs, l’Étude attire l’attention sur la nécessité d’un marché du logement qui soit plus efficient et plus équitable. La politique fiscale pourrait être utilisée pour dynamiser l’offre de logements, notamment en réformant les impôts périodiques sur la propriété immobilière de façon à ce qu’il en coûte désormais plus cher de laisser vacants des terrains constructibles.. D’autres mesures comme l’augmentation de la densité résidentielle, l’obligation pour les communes de sanctionner les propriétaires et les promoteurs immobiliers qui n’utilisent pas leurs permis de construire et la suppression progressive de la déductibilité fiscale des intérêts d’emprunts hypothécaires, devraient également être envisagées. 
  
Pour que la croissance soit plus inclusive, les autorités du Luxembourg pourraient financer directement les nouvelles acquisitions foncières des prestataires publics de logements sociaux et mieux appliquer les critères de ressources pour cibler l’offre du secteur social. Il est également recommandé d’indexer les allocations de logement et les loyers des logements sociaux sur les loyers du marché local. 
  
La politique budgétaire devrait soutenir la croissance et le dynamisme économique, tout en assurant la viabilité à long terme des finances publiques. Par exemple, poursuivre l’évolution vers un relèvement des taxes et des droits d’accise sur les carburants, en particulier sur le gazole, en l’accompagnant de mesures à court terme en faveur des ménages modestes les plus affectés, permettrait d’apporter une réponse aux problème de congestion et de risques liés au changement climatique tout en générant de nouvelles sources de recettes. 
  
Pathé TOURE
 














Inscription à la newsletter