lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Quand diplomatie et justice doivent travailler de concert : l’exemple de la détention de Meng Wanzhou au Canada

Samedi 27 Juin 2020

Alors que le dossier concernant Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, n’en finit pas d’attiser les tensions entre le Canada, la Chine et les États-Unis, un nouveau paramètre vient de s’insérer dans ce dossier brûlant.


Meng Wanzhou est en liberté surveillée à Vancouver depuis plusieurs semaines, le temps de sa procédure d’extradition. Face à cette situation incompréhensible, la police canadienne et les services frontaliers auraient commis un abus de procédure doublé d'une collusion avec le FBI lors de l'arrestation de Meng Wanzhou, d’après les avocats canadiens de cette dernière - de nombreuses personnalités canadiennes ont demandé au Premier ministre canadien, M. Justin Trudeau, de permettre à la numéro 2 de Huawei de rentrer en Chine et de ne pas poursuivre cette procédure.
 
Les arguments avancés par ces 19 personnalités de renom – d’anciens Ambassadeurs, des Ministres, des responsables politiques dans des institutions internationales et également des journalistes – sont que cette libération permettrait de donner au Canada une chance de « redéfinir son approche stratégique envers la Chine » et de se réapproprier tous les aspects de la relation Canada-Chine. En effet, la Chine s’est montrée très contrariée par cette crise diplomatique, qui s’apparente plus à une stratégie de déstabilisation américaine face à un groupe chinois, Huawei en l’occurrence, qu’à une véritable action sécuritaire. Huawei inquiète de manière toujours plus importante les États-Unis car le groupe remet sérieusement en question l’hégémonie commerciale et technologique des américains, grâce à une politique commerciale et technologique toujours plus soutenue et innovante.
 
Alors que l’Afrique et la Chine resserrent leurs liens économiques et politiques, et ce depuis plusieurs années déjà, il est une fois de plus troublant de comprendre comment les États-Unis utilisent toutes les voies politiques et judiciaires possibles pour décrédibiliser la Chine sur le plan international.
 
Ce que nous apprend ce nouvel épisode de tensions, c’est que les dommages collatéraux de cette guerre sont énormes. S’il s’agit ici du Canada, qui n’a aujourd’hui que des mauvaises solutions qui s’offrent à lui (se mettre à dos soit les États-Unis soit la Chine), cela pourrait aussi bien être un pays africain demain. Rappelons que les activités   de   Huawei en Afrique permettent   d’accompagner   l’émergence d’une   classe   moyenne   dont   les   nouveaux   besoins : consommation, infrastructure, entrepreneuriat et marché reposent de plus en plus sur le numérique. Nous devons refuser l’instrumentalisation de pays tiers aux seules fins d’une guerre commerciale entre sino-américaine.
 
L’appel des 19 personnalités canadiennes à venir utiliser la justice au service d’une diplomatie indépendante et souveraine pour le Canada est à ce titre le bienvenu.
Julien Maurice
 
 
 
 











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter