lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Programme de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme : Un rapport relève des résultats en recul en 2020 à cause du Covid-1

Mercredi 8 Septembre 2021

La pandémie de Covid-19 a eu un impact dévastateur sur la lutte contre le Vih, la tuberculose et le paludisme en 2020, selon un nouveau rapport publié aujourd’hui par le Fonds mondial.


Le Rapport sur les résultats révèle que, même si des progrès ont été réalisés, les indicateurs clés des programmes ont enregistré des reculs pour la première fois dans l’histoire du Fonds mondial.

« Pour nos vingt ans, nous voulions que ce Rapport sur les résultats raconte les extraordinaires histoires de courage et de résilience qui ont jalonné deux décennies de progrès dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme », explique Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. « Hélas, les statistiques de 2020 nous ont obligés à changer de perspective. Elles confirment ce que nous redoutions dès l’apparition du Covid-19. »

Le Rapport sur les résultats dresse le constat de l’impact catastrophique de la pandémie de Covid-19 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde. En 2020, le nombre de personnes traitées pour la tuberculose pharmaco résistante dans les pays où le Fonds mondial investit a chuté de 19 %, le nombre de personnes sous traitement pour la tuberculose ultrarésistante de 37 % et le nombre de patients tuberculeux séropositifs sous antirétroviraux pendant leur traitement contre la tuberculose de 16 %.

Le rapport signale également un ralentissement important dans les services de dépistage et de prévention du VIH auprès des populations clés et vulnérables, qui étaient déjà frappées de manière disproportionnée par la maladie. Comparativement à 2019, les programmes et les services de prévention du Vih ont atteint 11 % moins de personnes et 12 % moins de jeunes. Le nombre de mères séropositives qui ont reçu un traitement pour prévenir la transmission du Vih à leur bébé a chuté de 4,5 %. Le dépistage du VIH a chuté de 22 %, ce qui a fait reculer la mise sous traitement antirétroviral dans la plupart des pays.

Dans la lutte contre les trois maladies, ce sont les interventions visant le paludisme qui semblent avoir été le moins affectées par le Covid-19 jusqu’à présent. Grâce aux mesures d’adaptation, ainsi qu’à la diligence et l’esprit d’innovation des agents de santé communautaires, les activités de prévention sont restées stables ou
ont augmenté par rapport à 2019. Le nombre de moustiquaires distribuées a augmenté de 17 % et le nombre de structures couvertes par pulvérisation intradomiciliaire d’insecticide de 3 %. En 2020, 11,5 millions de femmes enceintes ont reçu un traitement préventif. 

Toutefois, le dépistage des cas suspects de paludisme a baissé de 4,3 % et les progrès dans la lutte contre la maladie ont stagné.

La situation serait pire encore si le partenariat du Fonds mondial n’avait pas, par son intervention rapide et décisive, atténué les impacts du Covid-19 sur la lutte contre les trois maladies. En 2020, le Fonds mondial a investi 4,2 milliards de dollars US pour continuer la lutte contre le Vih, la tuberculose et le paludisme et renforcer les systèmes de santé, et 980 millions de dollars US supplémentaires pour la riposte au Covid-19.

Au total, le Fonds mondial avait, à la fin du 
mois d’août, décaissé 3,3 milliards de dollars US dans plus de 100 pays pour les aider à adapter leurs programmes vitaux de lutte contre le Vih, la tuberculose et le paludisme, leur fournir des tests, traitements et autres fournitures médicales contre le Covid-19, protéger leurs agents de santé de première ligne et renforcer d’urgence leurs systèmes de santé fragilisés.
 Adou Faye 














Inscription à la newsletter