lejecom  Le journal de l’économie Malienne


UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda La FANAF organise  du 17 au 19 septembre 2018 à Abidjan un séminaire sur le thème : "Pratiques de la digitalisation dans la commercialisation des produits d'assurance vie" Cours des Devises en FCFA  du vendredi 03 août 2018 : Euro = 655,957 Dollar US = 562,750 Yen Japonais =5,040   Livre Sterling =732,500   Franc Suisse = 565,500 Dollar Canadien = 431,250  Yuan Chinois =81,500

Plan social des compressés de l’HUICOMA : « L’Etat doit à ces travailleurs en termes de droits et d’indemnités » selon le secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé

Jeudi 11 Janvier 2018

C’est le point de vue exprimé par le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali-UNTM, Yacouba Katilé qui a co-animé hier à la bourse du travail un point de presse sur l’accord conclu entre les autorités et la centrale syndicale de l’UNTM en 2014. Un accord qui a porté entre autres sur les anciens travailleurs de l’HUICOMA, de la SMECMA et Hôtel Azalai de Tombouctou.


D’entrée de jeu, Yacouba Katilé a tenu à faire un éclairage sur la situation relative à la gestion du dossier des ex-travailleurs de l’HUICOMA. « Dans l’empressement, il y a eu des difficultés pour gérer le cas des compressés de Koulikoro. A notre grande surprise, des missions ministérielles se sont rendues à Koulikoro sans l’implication de l’UNTM », a-t-il déploré. Avant de regretter «  l’Etat n’a apporté aucune réponse aux autres cas notamment celui des travailleurs de l’Hôtel Azalai de Tombouctou ».
En outre, il a indiqué que la privatisation de l’HUICOMA est intervenue en 2005 suite à la pression des bailleurs de fond (FMI- Banque mondiale). Et que le plan social doit être géré dans les 60 jours qui suivront. Pour y parvenir, l’Etat doit jouer le rôle d’arbitre. Alors que ces travailleurs ont été licenciés pour motif économique. Dans le cas d’espèce, ils doivent bénéficier des droits selon leur catégorie. « Si on passe par le gestion du plan social, les bailleurs ne donnent rien », a fait savoir le secrétaire général de l’UNTM.
Aussi a-t-il indiqué, en 2010, un accord a été conclu. « Même les résolutions de cet accord n’ont pas été respectées par l’Etat. Concernant le cas, l’on a promis de mettre en place une direction provisoire en vue de la reprise des activités de la société, gérer les arriérés de salaires  de 194 travailleurs qui étaient en sit-in à la bourse du travail avec un montant de 2 ,100 milliards de francs Cfa ; payer les indemnités légales de tous les travailleurs licenciés. A l’époque, l’Etat s’est engagé à payer les indemnités de tous les travailleurs licenciés. S’y ajoutent les indemnités négociées qui auront lieu ultérieurement  suite à la reprise des activités. Mais, a-t-il déploré, l’Etat n’a pas pu respecter ses engagements.
Evoquant la gestion des 2,1 milliards de francs Cfa, le secrétaire général de l’UNTM a expliqué que l’ancien président de la République ATT a décidé d’apporter une aide sociale aux travailleurs qui étaient en sit-in à la bourse du travail. Toutefois, il n’a pas manqué d’indiquer qu’il y avait un piège au dessous de ça. Puisque l’on n’a pas précisé si cette somme  fera l’objet de déduction du montant à payer pour les droits.
En outre, il a tenu à préciser que l’UNTM n’a pas participé à la gestion de cette somme d’argent. Et d’ajouter que cette affaire concerne l’Etat et les travailleurs de l’HUICOMA à travers une commission.
Pour conclure, il a affirmé que l’Etat n’a pas tout payé, contrairement à ce qui a été annoncé. Et qu’il doit à ces travailleurs en termes de droits et indemnités. Pour le cas des autres compressés, Yacouba Katilé souhaite que les parties prenantes se retrouvent autour d’une table pour en discuter.
Quant à Seydou Diarra, secrétaire aux revendications de l’UNTM, il soutient mordicus que la gestion des droits des travailleurs compressés est complexe, à cause de l’absence de documents.
Mahamane Maïga
 


Dans la même rubrique :
< >








EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter