lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Mali : « Vaincre à tout prix la corruption pour sécuriser l’investissement »

Mercredi 20 Février 2019

C’est le nouveau défi du Conseil National du Patronat Malien (CNPM), sous la férule du président Mamadou Sinsy COULIBALY, s’engage à faire de la moralisation de la vie publique, notamment de la lutte contre la corruption, son cheval de bataille.


Mali : « Vaincre à tout prix la corruption pour sécuriser l’investissement »
Le patronat s’engage à joindre l’acte à la parole. Face à ce péril, il est plus que nécessaire d’explorer de nouvelles méthodes, et c’est dans cette logique que le patronat des patrons du Mali sort les grands moyens pour faire face à ce fléau : Vaincre à tout prix la corruption pour sécuriser l’investissement au Mali. Un challenge ou plutôt un défi des professionnels de ce secteur.

« Nous avons les moyens d’exiger la substitution des fossoyeurs de notre économie. Et si les gouvernants ne s’assument pas, nous  allons observer une suspension dans le payement des impôts et taxes, tant qu’ils sont encore là. Si cela ne suffit pas, nous allons déposer leur liste dans toutes les chancelleries, en exigeant que ces personnes justifient leurs biens, avant de se voir attribuer de visas, pour les voyages concernant l’inscription de leurs enfants en occident, ou pour leurs vacances , ou encore demander aux chancelleries de procéder à la vérification des vrais propriétaires des maisons qu’on leur propose en location », a déclaré le président du CNPM.

Et de s’interroger :  « Sinon comment comprendre que des fonctionnaires de ce pays puissent faire inscrire un, deux ou trois enfants dans des écoles françaises et surtout américaines où les frais de scolarité sont environs à 20.000 Dollars US par an et par enfant, surtout lorsqu’on sait que ce train de vie dépasse largement celui d’un salarié malien? D’où la nécessité d’aller vers l’application de la loi Sapin 1 et 2, relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, à tous les Maliens». 

Mamadou Sinsy COULIBALY ne lésine pas sur les moyens pour traquer le fléau de la corruption, partout où il peut gangrener le tissu économique et financier du pays.  Pragmatisme qu’il est, Mamadou Sinsy COULIBALY sait que ce n’est pas seulement par la magie du verbe que la lutte contre la corruption sera gagnée dans notre pays.
C’est pourquoi le patron des patrons du Mali a inscrit sa démarche dans la durée et dans la méthode ; une démarche qu’il veut inclusive et vigoureuse. A en croire les sources, dans les jours à venir, il pourrait dévoiler son plan de bataille contre le fléau de la corruption qui devra comporter de nombreuses approches à la fois innovantes et robustes.

Pour l’instant, l’homme avoue sa détermination à se battre, avec des acteurs nationaux et internationaux, tout aussi déterminés, pour que le fléau de la corruption n’entame pas le moral des investisseurs à choisir la destination Mali.
Mahamane Maïga
 














Inscription à la newsletter