lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Mali : Le pays confronté à l’ancrage djihadiste dans la région du Liptako-Gourma selon un analyste

Lundi 27 Juillet 2020

«État de la situation sécuritaire au Sahel à l’aune de la multiplication des sources conflictuelles ». C’est l’intitulé du rapport de l’analyse faite par Olivier Ginolin, analyste au sein de la Commission sécurité & défense internationales de l’Institut d’études de géopolitique appliquée. Dans ce document publié durant ce mois de juillet, l’auteur affirme que l’année 2019 aura été marquée par une forte dégradation de la situation sur le front sécuritaire sur toute la bande sahélo-saharienne (Bss).


«Face à des groupes armés terroristes (Gat) toujours très mobiles et répartis sur un territoire vaste comme l’Europe, les armées régulières nationales, comme les forces internationales (Barkhane, Minusma) peinent à juguler des violences commises, en particulier dans la région dite des trois frontières, à cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso », lit-on dans le document.

Il souligne que malgré l’implantation de postes avancés de la force Barkhane à Ménaka (Mali) et à Goussi depuis l’été 2019 de l’autre côté de la frontière du Burkina (région du Gourma), les attaques terroristes se poursuivent et le nombre de victimes tend même à augmenter, notamment dans toute cette région du Liptako-Gourma.

Selon M. Ginolin, les Gat, qui ont de nombreux relais locaux au sein des communautés villageoises, restent très difficilement neutralisables. Il explique que la nature hybride aussi de ces groupes, combinant plusieurs problématiques - jihadisme insurrectionnel, pillages et trafics - complexifie l’identification des leviers d’actions les plus pertinents pour stabiliser dans la durée le Liptako-Gourma, comme plus largement l’ensemble de la Bss.

«Les groupes affiliés à Daech, regroupés sous la bannière de l’État islamique au Grand Sahara (Eigs) dirigé par Adnane Abou Walid al-Sahraoui, ne cessent d’étendre leurs capacités d’actions. C’est d’ailleurs dans le cadre du ciblage de certains de ces groupes que la force Barkhane a subi de lourdes pertes fin 2019 dans la région de Gao, lors du crash de deux hélicoptères en situation de combat, provoquant la mort de 13 militaires français », explique l’auteur.

Pour autant, poursuit-il, cette focalisation sur les tensions au Liptako-Gourma, ne doit cependant pas faire oublier que c’est l’ensemble de la sécurité du Mali qui demeure précaire, comme le montre l’attaque récente mi-juin d’un convoi de véhicules militaires au centre du pays, dans la localité de Bouka Weré, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière mauritanienne, faisant 24 morts parmi les forces de sécurité.
Adou FAYE











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter