lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Mali : « Il ne peut pas y avoir de développement économique de notre pays et de croissance économique sans le respect de l’environnement » selon le Premier ministre

Mercredi 12 Juin 2019

C’est dans une ambiance festive que le Premier ministre a lancé le lundi 10 juin 2019 au Palais de la culture de Bamako la 20è édition de la Quinzaine de l’environnement. Pour la circonstance, Dr. Boubou Cissé a mis le curseur sur la volonté du président de la République Ibrahim Boubacar Keita, qui a décidé d’inscrire la protection de l’environnement dans notre prochain plan quinquennal.


Mali :  « Il ne peut pas y avoir de développement économique de notre pays et de croissance économique sans le respect de l’environnement » selon le Premier ministre
Cette année, deux thèmes sont retenus pour la célébration : «La pollution de l’air», pour la Journée mondiale de l’environnement, qui a été lancée le 5 juin dernier et «25 ans-cultivons l’avenir ensemble» pour la Journée internationale de lutte contre la désertification, à célébrer le 17 juin prochain.

Lors de son intervention, le  Premier ministre  fait étalage de la volonté  du président  IBK.  « C’est pour vous dire combien les questions liées à la protection de l’environnement sont importantes pour le président et pour le gouvernement du Mali. C’est tellement important qu’elle a été inscrite dans notre prochain plan quinquennal », déclare-t-il.
 «Le président l’a toujours dit, il ne peut pas y avoir de développement économique de notre pays et de croissance économique sans le respect de l’environnement. Ce sont ces messages importants qui ont été passés aujourd’hui», ajoute le premier ministre.
Selon Dr. Boubou Cissé, le Mali est présent sur le plan international en matière de lutte contre le réchauffement climatique. «Quand on parle du Fonds climat, nous faisons partie des pays qui ont fait un plaidoyer important sur cette question. Aujourd’hui, nous sommes en train de bénéficier d’une partie de ce fonds pour mettre en œuvre les politiques et surtout prendre en charge les mesures concrètes de lutte contre la pollution de l’atmosphère dans notre pays», dit-il.
Quant au chef de file des partenaires techniques et financiers de l’environnement et du changement climatique, Mme Carin Wall, elle a soufflé le chaud et le froid. Sans polluer l’ambiance verte, la représentante des PTF verts a reconnu que  le Mali a fait des efforts appréciables.

Toutefois, elle attire l’attention sur la nécessité d’adopter une approche intégrée participative qui puisse mettre en cohérence les préoccupations nationales sectorielles et locales afin de ne laisser personne de côté, conformément à l’esprit de l’agenda 2030.
Malgré les avancées, Carin Wall souhaite qu’une attention particulière soit concentrée sur certaines préoccupations majeures du moment. On a noté  l’application des textes relatifs à la pollution par les sachets plastiques et de l’air, l’accélération de la mise œuvre des plans de partenariats de la contribution déterminée au niveau national et le renforcement de la communication.
Mahamane Maïga
 

 















Inscription à la newsletter