lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Lutte contre l’enrichissement illicite : La Cour suprême et l’OCLEI en partenariat pour la gestion des déclarations de biens

Mercredi 10 Octobre 2018

Dans le cadre de la mise en œuvre effective de la loi N° 2014-015 du 27 mai 2014 modifiée, portant prévention et répression de l’enrichissement illicite, le Président de la Cour suprême et celui de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) ont procédé ce mardi à la signature du cadre de collaboration.


Lutte contre l’enrichissement illicite : La Cour suprême et l’OCLEI  en partenariat pour la gestion des déclarations de biens
La cérémonie s’est déroulée à la Cour suprême, en présence des ministres de la Justice ; de l’Economie numérique et de la Communication, de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la vie publique ; des présidents des Autorités administratives indépendantes, du représentant du FMI.
Dans son intervention, le Président de l’OCLEI, Moumouni Guindo, a expliqué le sens de ce cadre de collaboration. Selon lui, la sécurité et la confidentialité sont les maîtres-mots, aux termes mêmes de la loi qui, en maintes dispositions, insiste sur l’impérieux besoin de préserver la confidentialité et le secret des données issues des déclarations de biens.  « Tel est, notamment, le sens de la prestation de serment déjà effectuée par  les membres de l’Office central et celle, à venir, des personnels qui auront accès au contenu des déclarations de biens. », précise-t-il.
Mais, dit-il, au-delà des dispositions juridiques, il faut mettre en place des dispositifs matériels concrets pour renforcer la sécurité des déclarations de biens ; il faut également prendre des meures de protection numérique pour garantir la confidentialité et l’intégrité des données liées aux déclarations de biens.
Pour y parvenir, Moumouni Guindo annonce qu’il y aura, dans les trois prochains mois, à la Cour suprême et à l’Office central de véritables chambres fortes dotées de battants blindés, d’armoires ignifuges, de vidéosurveillance et d’équipements informatiques à la pointe de la technologie pour réceptionner, archiver, surveiller, numériser et traiter les déclarations de biens.
 Enfin, il a remercié le gouvernement pour son appui et son accompagnement hautement appréciables et l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas dont l’appui financier permet la réalisation des présents travaux d’organisation, de sécurisation et de conservation des déclarations de biens et des données y relatives.  Aussi, il a remercié le FMI pour son appui.
Sur la même lancée, le Président de la Cour suprême, Nouhoum Tapily,  a expliqué  le cadre de collaboration  Cour suprême-OCLEI dédié à la mise en œuvre effective de la loi 2014 et les textes subséquents. Lequel cadre contient des engagements, de part et d’autre, des deux structures à observer et faire observer par leurs agents, la confidentialité des déclarations de biens et à ne les utiliser que pour les strictes fins des objectifs assignés.
Pour ce faire, la Cour suprême mettra à disposition une salle et un agent chargé de la réception et de la conservation des déclarations de biens. Elle donnera un avis sur toutes questions liées à l’interprétation de la loi portant prévention et répression de l’enrichissement illicite.
L’OCLEI mettra à disposition les moyens techniques, matériels et logistiques pour assurer la sécurité des données recueillies.
S’exprimant à ce sujet, Mme Safia Bolly, ministre de la de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la vie publique, a salué le cadre de collaboration. Avant de remercier toutes les parties prenantes pour leur engagement à instaurer un tel cadre.
Mahamane Maïga  














Inscription à la newsletter