lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Libérer le Pouvoir de la Jeunesse : Une décennie, pour Accélérer les Actions, en vue d’obtenir Zéro Mutilations Génitales Féminines

Vendredi 7 Février 2020

6 février 2020 – « Tabitha a grandi en zone rurale,au Kenya. A cette époque, la plupart des jeunes filles de 16 ans subissaient des mutilations génitales – une violation des droits humains à laquelle sont exposées plus de 4 millions de filles à travers le monde cette année. Mais Tabitha a échappé à ce sort, grâce au soutien indéfectible de ses parents, qui l’en ont préservée en dépit d’une forte pression sociale.


« À l’occasion de la Journée Internationale de la Tolérance Zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines, nous nous joignons à Tabitha et aux jeunes à travers le monde qui se mobilisent pour défendre leurs droits avec insistance et énergie. Ils appellent leurs pairs, leurs familles, leurs communautés et leurs gouvernements à mettre fin, une bonne fois pour toutes, à cette pratique néfaste de violence basée sur le genre, comme promis par la communauté internationale au travers l’Agenda 2030 de développement durable.

« Bien que d’importants progrès aient été réalisés ces 30 dernières années pour éliminer cette pratique, environ 200 millions de femmes et de filles actuellement en vie, ont subi une mutilation génitale. Ce qui peut à long terme, leur causer des répercussions physiques, psychologiques et sociales.

« Les soutiens en faveur de cette pratique s’amenuisent. Dans les pays où les mutilations génitales féminines sont répandues, les adolescentes âgées de 15 à 19 ans, sont moins favorables à la poursuite de cette pratique, que les femmes âgées de 45 à 49 ans. Et dans plusieurs pays, les jeunes filles sont moins susceptibles de subir des mutilations génitales que leurs mères et grands-mères ne l’étaient. Cependant, la croissance rapide du nombre de jeunes dans les pays où les mutilations génitales féminines ont une forte prévalence, pourraient entraîner une hausse considérable du nombre de filles exposées au phénomène d’ici 2030.

« Les jeunes d’aujourd’hui peuvent jouer un rôle essentiel pour mettre fin à cette pratique. Libérer le pouvoir de la jeunesse, signifie, investir en faveur des mouvements de jeunesses, pour défendre l’égalité des sexes, mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles et éliminer les pratiques néfastes. Pour ce faire, il faut considérer les jeunes comme des partenaires lors de la conception et la mise en oeuvre des plans d’action nationaux ; bâtir des relations avec les organisations de jeunesses ainsi que les réseaux qui oeuvrent pour l’élimination des mutilations génitales féminines et qui reconnaissent cette pratique comme une forme de violence à l’égard des femmes et des filles ; donner aux jeunes les moyens mener des campagnes communautaires pour remettre en question les normes et les mythes sociaux et, enfin, impliquer les hommes et les garçons en tant qu’alliés.

« Il ne s’agit toutefois pas d’un objectif que les jeunes peuvent atteindre seuls, ou sans tenir compte des autres formes de violence à l’égard des femmes et des filles, ou des inégalités entre les sexes. Cela suppose en outre, un leadership et un engagement politique solide.

« L’année dernière, lors du Sommet de Nairobi sur la CIPD25, les gouvernements, la société civile, les organisations confessionnelles et le secteur privé ont renouvelé leur engagement à mettre fin à la violence basée sur le genre et aux pratiques néfastes, telles que les mutilations génitales féminines, au cours des 10 prochaines années ; soit la même échéance que pour la réalisation des objectifs de développement durable. En mars, cela fera 25 ans qu’aura été lancé le Programme d’action de Beijing, un engagement mondial pour faire progresser les droits des femmes dans 12 domaines critiques, notamment l’élimination de toutes les pratiques néfastes à l’égard des femmes et des filles. Cette année, nous annoncerons la mise en place d’une nouvelle campagne « Génération Égalité » pour accroître les investissements et les résultats en faveur de l’équité des sexes.

« Le temps est venu d’investir, en traduisant les engagements politiques déjà formulés en actions concrètes. Le temps est venu de faire mieux et davantage, et d’agir plus rapidement pour mettre fin aux mutilations génitales féminines, une bonne fois pour toutes. Enfin, le temps est venu de tenir la promesse faites à Tabitha et aux filles du monde entier d’éliminer toutes les mutilations génitales féminines d’ici 2030. »

Par Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA, d’Henrietta H. Fore, Directrice exécutive de l’UNICEF, de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes et Dr Tedros Adhanom Directeur général de l'OMS, à l’occasion de la Journée Internationale de la Tolérance Zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter