lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Les travailleurs maritimes et aériens doivent être considérés comme prioritaires pour la vaccination contre la Covid-19

Lundi 29 Mars 2021

Bien qu'ils soient essentiels au tissu économique et à la vie moderne, les travailleurs maritime et aériens ne bénéficient pas d'une protection adéquate pour les risques qu'ils encourent. Cinq agences des Nations Unies demandent instamment aux pays de les inscrire sur la liste des personnels essentiels pour recevoir le vaccin contre la Covid-19.


Unsplash/Ismail Mohamed - SoviLe En février 2021, Une destination sur trois dans le monde est complètement fermée au tourisme international indique l’Organisation mondiale du tourisme (OMT)
Unsplash/Ismail Mohamed - SoviLe En février 2021, Une destination sur trois dans le monde est complètement fermée au tourisme international indique l’Organisation mondiale du tourisme (OMT)
Les transports maritimes et aériens sont essentiels au commerce et à la mobilité dans le monde d'aujourd'hui. Les chaînes d'approvisionnement mondiales de biens et de services, ainsi que l'aide humanitaire, dépendent de leur bon fonctionnement.

Plus de 80% du commerce mondial est rendu possible par le travail de deux millions de marins qui exploitent la flotte de la marine marchande, tandis que le transport aérien représente 35% de la valeur des marchandises expédiées, tous modes confondus, et employait, en 2019, 887.000 professionnels licenciés : pilotes, contrôleurs aériens et techniciens de maintenance.

Tous ces employés sont des travailleurs essentiels car sans eux, le commerce et l'économie du monde globalisé d'aujourd'hui s'arrêteraient avec des conséquences qui aggraveraient la crise résultant de la pandémie de Covid-19. En outre, leur travail est essentiel à la reprise socio-économique, ont déclaré vendredi cinq agences des Nations unies, qui ont exhorté tous les pays à les inclure dans les listes de vaccination prioritaires du Covid-19.

Dans une déclaration commune, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), l'Organisation internationale du travail (OIT), l'Organisation maritime internationale (OMI), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont rappelé que le transport maritime et aérien dépend des gens de mer et du personnel navigant.
 

Par-delà les frontières


« Il s'agit de travailleurs clés qui doivent traverser les frontières à tout moment, ce qui peut les amener à devoir présenter une preuve de vaccination contre la Covid-19 comme condition d'entrée dans certains pays », ont déclaré les cinq agences, notant que l'OMS a déconseillé une telle exigence parce que l'efficacité de la vaccination pour réduire la transmission n'est pas encore bien comprise et en raison de la disponibilité limitée des vaccins.

Pour que les secteurs maritime et aérien puissent continuer à fonctionner en toute sécurité, il faut faciliter le mouvement transfrontalier des marins et du personnel navigant, et les agences des Nations Unies ont exhorté les pays à ajouter ces travailleurs à la catégorie essentielle.

« Nous demandons instamment aux gouvernements de donner la priorité aux marins et aux équipages d'avion dans leurs programmes nationaux de vaccination contre la Covid-19, aux côtés d'autres travailleurs essentiels, conformément aux conseils de l'OMS pour déterminer l'utilisation de ces vaccinations dans un contexte d'offre limitée », ont souligné les organisations, en se référant à la feuille de route SAGE de l'OMS publiée en novembre dernier.

« Les marins et le personnel navigant doivent être protégés par la vaccination dès que possible afin de faciliter leur déplacement en toute sécurité à travers les frontières », ont ajouté les agences.
 

Stratégies appropriées


Les cinq organisations ont également recommandé aux gouvernements d'identifier les défis que représente la vaccination des marins et du personnel navigant, en particulier des marins qui passent de longues périodes loin de leur pays d'origine, et de concevoir des stratégies appropriées.
« Nos organisations soutiennent pleinement le développement opportun d'un cadre international harmonisé pour les certificats de vaccination afin de faciliter les voyages internationaux des marins et des équipages aériens », ont-elles déclaré.

Les gens de mer ont été durement touchés par les restrictions de voyage imposées pendant la pandémie. En janvier 2021, on estime que 400.000 marins sont bloqués à bord de navires commerciaux, longtemps après l'expiration de leur contrat, sans pouvoir être rapatriés. Un nombre similaire de gens de mer doivent rejoindre d'urgence les navires pour les remplacer.

Dans le même temps, le personnel aérien a souffert de l'application de règles strictes en matière de santé publique, y compris la mise en quarantaine, ce qui a engendré des problèmes de connectivité, une complexité opérationnelle et des coûts importants pour le secteur. Le secteur du transport aérien de passagers a transporté environ 5,7 milliards de passagers en 2019.
https://news.un.org
 














Inscription à la newsletter