lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » APPEL A CANDIDATURE Concours FANAF 2020 de meilleures startups dans le domaine des assurances La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav

Les inégalités entre pays riches et pauvres entravent la lutte mondiale contre le cancer, alerte l’OMS

Jeudi 6 Février 2020

Les inégalités entre pays riches et pauvres entravent la lutte mondiale contre le cancer, alerte l’OMS


Si les tendances actuelles se poursuivent, le monde verra une augmentation de 60% des cas de cancer au cours des deux prochaines décennies, prévient l'OMS . La plus forte augmentation (environ 81%) des nouveaux cas se produira dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où les taux de survie sont actuellement les plus bas.

Selon l’agence onusienne, ces tendances s’expliquent en grande partie par le fait que les pays à revenu faible ou intermédiaire ont dû concentrer leurs ressources sanitaires limitées sur la lutte contre les maladies infectieuses et l'amélioration de la santé maternelle et infantile, alors que leurs services de santé ne sont pas équipés pour prévenir, diagnostiquer et traiter les cancers.

En 2019, plus de 90% des pays à revenu élevé ont indiqué que des services complets de traitement du cancer étaient disponibles dans le système de santé publique, contre moins de 15% dans les pays à faible revenu.
« Il s'agit d'un signal d'alarme pour nous tous afin de lutter contre les inégalités inacceptables entre les services de lutte contre le cancer dans les pays riches et pauvres », a déclaré le Dr Ren Minghui, Sous-Directeur général de l’OMS chargé de la couverture sanitaire universelle et des maladies transmissibles et non transmissibles.
« Si les gens ont accès à des systèmes de soins primaires et de référence, le cancer peut être détecté tôt, traité efficacement et guéri. Le cancer ne devrait pas être une peine de mort pour quiconque, n'importe où », a-t-il ajouté.
 

7 millions de vies pourraient être sauvées

Les progrès dans les pays pauvres sont pourtant réalisables, souligne l’OMS.
« Au moins 7 millions de vies pourraient être sauvées au cours de la prochaine décennie, en identifiant la science la plus appropriée pour la situation de chaque pays, en fondant de fortes ripostes au cancer sur la couverture sanitaire universelle et en mobilisant différentes parties prenantes pour travailler ensemble », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

L'agence onusienne souligne qu’un large éventail d'interventions éprouvées existe pour prévenir les nouveaux cas de cancer. Ces interventions comprennent la lutte contre le tabagisme (responsable de 25% des décès par cancer), la vaccination contre l'hépatite B pour prévenir le cancer du foie, l'élimination du cancer du col de l'utérus en vaccinant contre le virus du papillome humain (VPH), le dépistage et le traitement, la mise en œuvre d'interventions de gestion du cancer à fort impact qui offrent un bon rapport qualité/prix et garantissant l'accès aux soins palliatifs, y compris le soulagement de la douleur.

« Les 50 dernières années ont vu d'énormes progrès dans la recherche sur la prévention et le traitement du cancer », explique le Dr Elisabete Weiderpass, directeur du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS.

« Les décès par cancer ont été réduits. Les pays à revenu élevé ont adopté des programmes de prévention, de diagnostic précoce et de dépistage, qui associés à un meilleur traitement, ont contribué à une réduction estimée de 20% de la probabilité de mortalité prématurée entre 2000 et 2015, mais les pays à faible revenu n'ont enregistré qu'une réduction de 5% », a-t-elle ajouté. « Nous devons voir tout le monde bénéficier (de la réduction des décès par cancer) de la même manière ».

Le défi actuel pour les pays est de choisir des traitements équilibrant des facteurs tels que le coût, la faisabilité et l'efficacité. Selon l’OMS, chaque gouvernement est chargé de choisir les thérapies anticancéreuses innovantes appropriées, tout en reconnaissant que les traitements établis, dont beaucoup sont très efficaces et abordables, peuvent apporter des avantages dans la lutte contre le cancer sans causer de difficultés financières.

Un.org














Inscription à la newsletter