lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » APPEL A CANDIDATURE Concours FANAF 2020 de meilleures startups dans le domaine des assurances La BCEAO organise, du 18 au 23 novembre 2019, la deuxième édition de la Semaine de l'inclusion financière dans l'UEMOA, autour du thème "La digitalisation au service de l'inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav

Le chef de l’OMS appelle les dirigeants du monde à se mobiliser en faveur de la couverture sanitaire ‎universelle

Jeudi 5 Septembre 2019

Le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé mardi les dirigeants du monde à se mobiliser en faveur de la couverture sanitaire universelle (CSU) en participant notamment à la réunion du haut niveau prévue sur cette question le 23 septembre à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies.


© UNICEF/Amminadab Jean Filomena, 8ans, née avec une tétraplégie spasmodique et une épilepsie, et sa mère colorient des dessins au centre de réadaptation psychosociale de Maputo, au Mozambique. (8 octobre 2018)
© UNICEF/Amminadab Jean Filomena, 8ans, née avec une tétraplégie spasmodique et une épilepsie, et sa mère colorient des dessins au centre de réadaptation psychosociale de Maputo, au Mozambique. (8 octobre 2018)
« Je reviens tout juste d’une mission en République démocratique du Congo avec le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, pour faire le point sur la riposte à la flambée de maladie à virus Ebola. J’ai pu constater une nouvelle fois qu’Ebola n’est que le symptôme d’un problème plus profond : quand les gens n’ont pas accès aux services de santé, ou quand ces services sont de mauvaise qualité ou ne répondent à leurs besoins, les maladies peuvent se propager et faire des victimes », a déclaré le Dr Tedros dans un communiqué.

Selon lui, c’est la raison pour laquelle la réunion de haut niveau le 23 septembre prochain est si importante. « C’est une occasion historique pour les dirigeants du monde de faire en sorte que personne ne soit privé des services de santé dont il a besoin simplement parce qu’ils ne sont pas accessibles ou parce qu’ils dépassent ses moyens », a-t-il souligné.

En 2015, les dirigeants mondiaux se sont engagés à instaurer la CSU au plus tard en 2030 au titre des objectifs de développement durable (ODD). Dans les semaines qui précèderont l’Assemblée générale, l’OMS  et ses partenaires publieront la dernière version du rapport mondial de suivi sur la CSU, d’où il ressort que les progrès sont trop lents pour atteindre cette cible. Beaucoup trop de gens n’ont toujours pas accès aux services de santé essentiels ou sombrent dans l’extrême pauvreté parce que ces services coûtent trop cher.

« En ce mois de septembre, tous les pays signeront une déclaration sur la santé d’une ampleur sans précédent », a souligné le chef de l’OMS. « Concrètement, les pays s’engageront à investir dans quatre grands domaines : des mécanismes de financement résistants, des services à fort impact, un personnel de santé solide, une gouvernance et des capacités institutionnelles renforcées ».

« Mon message à la réunion de haut niveau sera clair : la CSU est un choix politique. J’appelle tous les dirigeants à faire ce choix, tout d’abord en participant en personne à la réunion et en contribuant à en faire un succès. Chacun peut défendre #Lasantépourtous (#HealthForAll) en signant cette pétition  », a-t-il ajouté.
Selon le chef de l’OMS, la CSU est aussi un choix économique avisé. Les pays qui investissent dans la santé créent une base propice à des gains de productivité et à la croissance économique.

L’OMS est résolue à seconder les pays sur le chemin de la CSU en leur fournissant un appui stratégique et une assistance technique, a-t-il conclu.
Un.org


Nouveau commentaire :














Inscription à la newsletter