lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

La Société ivoirienne de banque réalise un total bilan en hausse de 8% dans un environnement difficile au 1er semestre 2020

Mardi 8 Septembre 2020

Dans cet environnement difficile lié au coronavirus, la Société ivoirienne de banque (Sib) a, au cours du premier semestre de 2020, su faire croitre son activité tout en subissant les conséquences de la crise sanitaire, à l’instar des autres acteurs économiques. La Sib dit enregistrer un total bilan de 1167,6 milliards Cfa contre 1082,3 milliards en 2019 soit 8% de variation, un crédit à la clientèle de 814,5 milliards contre 739,2 milliards en 2019, en hausse de 10%, un dépôt de clientèle de 910,4 milliards contre 758,4 milliards l’année passée traduisant une hausse de 20% et des capitaux propres de 105,1 milliards contre 89,7 en 2019 représentant une progression de 17%.


En effet, « après un premier trimestre où nous mentionnions un Pnb et un résultat net provisoire en progression, respectivement, de 21% et de 42%, à l’issue du deuxième trimestre les évolutions de ces agrégats ont été atténuées par les impacts de la pandémie à coronavirus », confie la Sib à travers un communiqué de presse.

Ainsi, déclare la société, notre produit net bancaire progresse sur le semestre de 8% par rapport à la même période de 2019, freiné par une forte baisse des commissions et de la marge d’intérêts. Elle fait savoir en ce sens, que seuls leurs revenus sur les activités de marché ont permis de faire face à ces baisses avant de noter que, comme autres facteurs de croissance du Pnb, une progression de 10% de leurs crédits et une bonne maitrise du risque (taux de sinistralité en baisse à 5,6%).

Par ailleurs, poursuit-elle, bien que la crise sanitaire ait engendré des dépenses non prévues induites par la riposte et la préservation de la santé de ses clients et de ses agents, la Sib a su maîtriser la progression de ses charges générales d’exploitation en révisant à la baisse certaines ambitions, notamment en matière d’investissements et de déploiement de projets. Ainsi, renseigne le document, elle a pu améliorer son coefficient d’exploitation de 2,67 points pour qu’il s’établisse à 46%.

« Le résultat brut d’exploitation augmente donc de 14% pour atteindre 19,4 Milliards de francs CFA, bonifié par la hausse du Pnb et la bonne maitrise des charges, informe la Sib. Qui rappelle enfin que le résultat net provisoire s’établit à 14,96 milliards de francs CFA en progression de 18% par rapport à juin 2019 ; il est en retard sur le budget de la période de 2%, avec un coût du risque en amélioration, à 0,8 milliards de francs CFA, et un impôt sur les bénéfices provisoire de 3,65 milliards de francs CFA.
Bassirou MBAYE
 











Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire

Institut monétaire africain : Les banques centrales invitées à donner leurs avis sur le statut et la structure

18/02/2020 0 Commentaire

Conférence sur les marchés des capitaux : Les acteurs explorent de nouvelles opportunités d’investissement

11/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter