lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Insécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali : 416.000 personnes en besoin d’assistance d’urgence dès juin prochain

Jeudi 14 Mars 2019

C’est pour faire face à ces risques que les travaux de la 2è session du cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ont démarré lundi dernier à Bamako.


Insécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali : 416.000 personnes en besoin d’assistance d’urgence dès juin prochain
La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre-commissaire à la sécurité alimentaire, Kassoum Denon.  C’était en présence d’Olivier Lefaye, représentant de l’Union européenne.

Pour rappel, l’atelier du cadre harmonisé de novembre 2018 estime à environ un peu plus de 3 millions de personnes sous pression de risque alimentaire et en particulier 416.000 personnes en besoin d’assistance d’urgence dès le mois de juin.

La région de Mopti, à elle seule, concentre la moitié des besoins alimentaires. Cette  situation est due à une mauvaise campagne agro-pastorale localisée à certains endroits, la cherté des denrées alimentaires et aussi l’insécurité qui sévit dans certaines zones du pays.

Le cadre harmonisé est un outil consensuel et fédérateur, implémenté et renseigné à partir des informations issues des différentes enquêtes d’évaluation de la situation alimentaire et nutritionnelle réalisées à travers le pays.

Les résultats de ces évaluations sont préalablement validés au cours de différents ateliers en vue de bonifier leur utilisation dans le cadre harmonisé. Ces informations issues d’enquêtes sur la vulnérabilité sont renforcées par les données classiques produites par les structures nationales, les partenaires techniques, les ONG, la société civile et toutes autres données de sources crédibles, a indiqué Kassoum Denon.

Les résultats de la campagne agro-sylvo-pastorale 2018-2019 constituent des éléments les plus déterminants pour l’évaluation de la situation alimentaire et nutritionnelle dans notre pays. Ainsi, en cette fin de campagne agricole, les informations déjà disponibles à ce jour, selon le ministre-commissaire à la sécurité alimentaire, font état d’une production globalement bonne pour les cultures, malgré des baisses de récolte au niveau de certains périmètres rizicoles à cause de la forte crue ayant engendré des noyades.

Kassoum Denon a invité les participants à examiner avec professionnalisme l’ensemble des informations mises à leur disposition, au cours des travaux de 6 jours.

Quant au représentant de la Délégation de l’Union européenne, il a encouragé l’ensemble des services techniques et les partenaires. Aussi, Olivier Lefaye a assuré l’engagement de son organisation dans la quête de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
 Mahamane Maïga
 
 














Inscription à la newsletter