lejecom  Le journal de l’économie Malienne


UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda La FANAF organise  du 17 au 19 septembre 2018 à Abidjan un séminaire sur le thème : "Pratiques de la digitalisation dans la commercialisation des produits d'assurance vie" Cours des Devises en FCFA  du vendredi 03 août 2018 : Euro = 655,957 Dollar US = 562,750 Yen Japonais =5,040   Livre Sterling =732,500   Franc Suisse = 565,500 Dollar Canadien = 431,250  Yuan Chinois =81,500

Infrastructures en Afrique : Les experts discutent d’une nouvelle stratégie de financement

Mardi 4 Décembre 2018

Un projet de rapport de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), intitulé «Attirer les investisseurs institutionnels dans les infrastructures en Afrique» a fait l’objet d’un examen approfondi par des experts de secteurs très variés, notamment des infrastructures, des finances, de la bourse, de l’université, de l’investissement et du juridique, entre autres.


Le rapport s’appuie sur les recommandations d’une étude entreprise par la CEA et le NEPAD commandée par des chefs d’État africains, dans laquelle la mobilisation des ressources nationales est présentée comme une option plus viable pour financer le développement des infrastructures sur le continent.

Dans son allocution de bienvenue à l’ouverture de la réunion du groupe d’experts de deux jours, le 29 novembre, à Nairobi, Stephen Karingi, Directeur de la Division de l’intégration régionale et du commerce de la CEA, déclare aux experts que des infrastructures transfrontalières renforcées sont essentielles pour que le continent jouisse des fruits de la ZLECA.

«Nous devons donc prendre en compte toutes les perceptions et les réalités susceptibles de dissuader les investisseurs potentiels de nos projets d’infrastructures transfrontalières», ajoute-t-il. Comme l’explique Adeyinka Adeyemi, Responsable du Groupe infrastructures et intégration régionale de la CEA, l’objectif du rapport est de «présenter, d’un point de vue quantitatif, des informations sur le montant des ressources à mobiliser, ainsi que de garantir des instruments à la disposition à la communauté des investisseurs institutionnels africains afin d’encourager de nouveaux investissements».

Le déficit en infrastructures de l’Afrique est estimé à plus de 130 milliards de dollars par an. Le rapport de la CEA insiste sur la nécessité d’exploiter le capital des fonds de pension et des fonds souverains en Afrique afin d’accélérer le développement des infrastructures du continent. L’un des experts, Hubert Danso, P.D.G. du Groupe Africa Investor (Ai), se dit réjoui que les fonds de pension africains et les fonds souverains aient conclu un nouveau partenariat avec les gouvernements africains.
«L’agenda des 5% est un accord entre des détenteurs d’actifs africains, des investisseurs institutionnels et des chefs d’État, qui stipule que, au cours des cinq prochaines années, nous nous engageons à faire de notre mieux pour investir jusqu’à 5% de nos actifs comme nouveau capital pour les infrastructures, surtout si les gouvernements peuvent créer un environnement plus accueillant pour les investissements institutionnels à long terme».

Danso déplore le fait que « l’environnement réglementaire dans le cadre des PPP a toujours eu tendance à favoriser les partenaires de développement et les institutions de financement du développement, qui sont des « créanciers », tandis que les investisseurs institutionnels sont des «investisseurs à long terme».
Les experts sont tous unanimes à l’idée que l’Afrique doit passer de l’ancien modèle où le continent était davantage perçu comme une opportunité de développement que comme un environnement commercial prospère propice à l’investissement, à la croissance économique et à la création d’emplois. Les délibérations comprennent une analyse comparative et concurrentielle des garanties financières offertes aux investisseurs institutionnels et aux investisseurs du capital-risque, investisseurs du secteur privé et autres.
 
Au total, les investisseurs des fonds de pension et des fonds souverains africains détiennent des actifs combinés supérieurs à 500 milliards de dollars américains, un montant qui continuera à croître à un rythme d’environ 1,2% à 1,5%.
 
Pathé TOURE









EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter