lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Evolution du marché des matières premières dans l’Uemoa : Hausse des prix au mois de mai

Jeudi 5 Août 2021

Les cours des matières premières exportées par les pays de l'Union économique et monétaire Ouest africaine (Uemoa) ont rompu avec leur tendance baissière durant le mois de mai 2021, sous l'effet de la reprise de la demande mondiale. Dans le même temps, les cours des produits alimentaires importés ont accentué leur trend haussier.


Les prix des principaux produits de base exportés par les pays de l'Uemoa enregistrent un accroissement de 4,0% au mois de mai, après une réalisation de -0,1% en avril 2021, du fait de la reprise économique et de l’amélioration des perspectives de la croissance mondiale. La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), de laquelle émane cette information, relève que les hausses des prix concernent les produits énergétiques (+6,5% après -0,6% en avril 2021), ainsi que les cours des produits non énergétiques (+3,5% contre +0,0% en avril 2021).

Dans sa « Note mensuelle de conjoncture économique, la banque centrale souligne, dans la foulée, que la hausse des cours des matières premières non énergétiques exportées par les pays de l'Union concerne notamment le café (+8,7% contre -0,5%), le caoutchouc (+6,4% contre -3,8%), l'or (+5,2% contre +2,4%), l'huile de palme (+4,6% contre +4,8% ), la noix de cajou (+3,1% contre +3,8%) et l'huile de palmiste (+2,8% contre -0,2%).

La Bceao souligne, dans le même sillage, que la forte reprise de l’économie mondiale, avec le renforcement du trafic aérien, la baisse du dollar, le maintien de l’embargo sur les exportations pétrolières de l’Iran et le recul des stocks américains expliquent le renchérissement du pétrole. Le cours du café, en ce qui le concerne, est impulsé par les mauvaises perspectives de production au Brésil, du fait du manque persistant de pluies, et la forte reprise de la consommation, attendue avec la réouverture un peu partout des cafés et restaurants.

A l’en croire, les cours du caoutchouc ont, quant à eux, été portés par le rebond attendu de la consommation mondiale qui devrait, selon l'International Rubber Study Group (IRSG), augmenter de 7% en 2021. Selon la Bceao, les prix de l'or restent soutenus par la faiblesse du dollar et la baisse des rendements des obligations d'État dans le monde. Le resserrement de l’offre mondiale, en liaison avec la baisse des stocks, et la demande vigoureuse ont soutenu, d’après la même source, les cours de l'huile de palme et de l'huile de palmiste. Les prix de la noix de cajou ont bénéficié de la baisse des stocks, combinée à une demande accrue de ce produit.
« Par rapport à mai 2020, les prix des principaux produits exportés par les pays de l'Uemoa ont augmenté de 21,9% en mai 2021, après une réalisation de +22,5% le mois précédent. », indique la Bceao. Qui ajoute que les accroissements des cours concernent des produits énergétiques comme le pétrole (+119,6%) et le gaz naturel (+69,6%), ainsi que des produits non énergétiques (+12,8%), dont les huiles (+91,0%), le caoutchouc (+56,4%), le zinc (+50,1%), le coton (+48,9%), le phosphate (+40,6%) et le café (+19,9%).

Augmentation de 2,6% des prix des principaux produits alimentaires exprimés en franc Cfa

Les prix des principaux produits alimentaires importés dans l'Uemoa, exprimés en franc Cfa, ont augmenté de 2,6% au cours de la période sous revue, après une réalisation de +1,5% en avril 2021. Cet accroissement, explique le rapport de la Bceao, concerne le sucre (+5,3%), le blé (+4,7%), l’huile végétale (+4,7%) et le riz (+1,3%).

La hausse du cours du sucre est liée à des retards de récolte et à des craintes concernant une baisse des rendements des cultures au Brésil, le premier exportateur mondial de ce produit, confie le document. Selon lequel le prix du blé s’est inscrit en hausse, tiré par l'accroissement de la demande, en raison notamment de son utilisation comme aliment de substitution au maïs pour le bétail, et les inquiétudes sur l'offre mondiale, en liaison avec une météo défavorable. Aussi, relève-t-on, la contraction de l’offre mondiale de céréales (baisse de 2,8 millions de tonnes selon la Fao), dans un contexte de forte demande, a conforté la hausse des prix internationaux du riz.

Par rapport à la même période de l'année 2020, la Bceao fait savoir que les prix des principaux produits alimentaires importés par les pays de l'Uemoa, exprimés en franc Cfa, ont baissé de 9,0%, après un repli de 6,7% le mois dernier. Les prix sont essentiellement impactés par la contraction des cours du riz (-26,3%), explique la même source. Avant de souligner, enfin, que cette tendance baissière a été tempérée par le renchérissement des prix internationaux de l’huile végétale (+108,0%), du sucre (+41,2%) et du blé (+23,4%).
Bassirou MBAYE














Inscription à la newsletter