lejecom  Le journal de l’économie Malienne


Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La FANAF organise  du 17 au 19 septembre 2018 à Abidjan un séminaire sur le thème : "Pratiques de la digitalisation dans la commercialisation des produits d'assurance vie"

Enfance: La Directrice générale de l’Unicef dénonce les enfants pris pour cible

Mercredi 16 Mai 2018

«Tout au long des quatre premiers mois de l’année, de la République centrafricaine au Soudan du Sud, de la Syrie à l’Afghanistan, dans les régions touchées par des conflits, les enfants ont continué d’être la cible d’attaques incessantes», indique Henrietta H. Fore,Directrice générale de l’UNICEF dans une déclaration.


Étrangères aux remords, ajoute-t-elle, et encore plus à l’obligation de rendre compte, les parties aux conflits continuent de bafouer ouvertement l’une des règles les plus élémentaires de la guerre : la protection des enfants.
Au Yémen, par exemple, le conflit aurait coûté la vie à plus de 220 enfants et en aurait blessé plus de 330 autres depuis le début de l’année. Près de 4,3 millions d’enfants risquent désormais de mourir de faim, ce qui représente une hausse de 24 % par rapport aux chiffres de 2017. Une épidémie de diarrhée aqueuse aiguë et de choléra, qui a tué plus de 400 enfants de moins de 5 ans l’année dernière, menace de faire encore plus de jeunes victimes alors que la saison des pluies commence et que les conditions d’hygiène ne cessent de se détériorer.
De même, en Syrie, les espoirs de paix restent faibles. Plus de 70 attaques ciblant des hôpitaux et des infrastructures de santé ont été confirmées durant les trois premiers mois de l’année, privant les enfants et les familles de services de santé vitaux. Plus de 300 infrastructures scolaires ont été attaquées depuis le début du conflit.
 À Gaza, des enfants sont tués et blessés dans des manifestations depuis le début du mois de mars. Lundi, ce qui semble avoir été la journée de violence la plusmortelle depuis la guerre de Gaza a fait encore davantage de victimes parmi les enfants.
Au Bangladesh, plus de 400 000 enfants rohingyas réfugiés qui ont survécu aux atrocités récemment perpétrées au Myanmar ont besoin d’une assistance humanitaire. À l’approche de la mousson, le spectre du choléra et des maladies transmises par l’eau est plus menaçant que jamais.
Au Soudan du Sud, le premier pays que j’ai visité en ma qualité de Directrice générale de l’UNICEF, au moins 2,6 millions d’enfants ont été contraints de fuir leur maison. Plus d’un million d’enfants souffrent de malnutrition aiguë, dont plus de 250 000, de malnutrition aiguë sévère, et risquent davantage de mourir.
Dans tous ces pays et dans bien d’autres encore, les équipes dévouées de l’UNICEF et de ses partenaires mettent tout en œuvre pour atténuer les souffrances des plus vulnérables, de ceux qui sont séparés de leur famille, de ceux qui sont terrifiés et seuls, de ceux qui tombent malades dans des camps de réfugiés surpeuplés, de ceux qui se déplacent pour fuir la mousson et les inexorables sécheresses, de ceux qui sont affamés.
«Toutefois, seule, l’aide humanitaire ne suffit pas. Les enfants ont besoin de paix et de protection en toutes circonstances. Le droit de la guerre interdit de prendre des civils pour cible, d’attaquer des établissements scolaires ou des hôpitaux, d’utiliser, de recruter et de détenir illégalement des enfants, et de bloquer l’accès de l’aide humanitaire», conclu-elle.
 
Pathé TOURE
 
 
 









EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter