lejecom  Le journal de l’économie Malienne


L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La FANAF organise  du 17 au 19 septembre 2018 à Abidjan un séminaire sur le thème : "Pratiques de la digitalisation dans la commercialisation des produits d'assurance vie" Cours des Devises en FCFA  du vendredi 03 août 2018 : Euro = 655,957 Dollar US = 562,750 Yen Japonais =5,040   Livre Sterling =732,500   Franc Suisse = 565,500 Dollar Canadien = 431,250  Yuan Chinois =81,500

En Afrique, l’action de l’État est la clef pour relever les défis de la croissance, de l’emploi et de l’inégalité

Jeudi 12 Juillet 2018

L’Afrique a besoin de stratégies de développement plus cohérentes, qui mettent l’accent sur une meilleure action publique, pour pleinement relever les défis de la croissance, de l’emploi et des inégalités liés à l’émergence inédite que connaît le continent, selon la première édition du rapport économique annuel de la Commission de l’Union Africaine, produite en collaboration avec le Centre de développement de l’OCDE.


Dynamiques du développement en Afrique 2018, premier rapport économique annuel de la CUA depuis sa création en 1963, a été lancé aujourd’hui au siège de la Commission de l’UA, à Addis Abeba.
Selon l’analyse, l’orientation favorable des cours des matières premières, la demande intérieure robuste, les progrès dans la conduite des politiques macroéconomiques et des stratégies de diversification des économies nationales ont été les principaux moteurs de la croissance africaine récente, qui devrait atteindre 4% par an entre 2018 et 2020.
De même que le choix, gagnant, de certains pays d’accroître l’investissement dans les infrastructures et la multiplication des partenariats commerciaux – notamment avec la Chine, l’Inde et d’autres pays émergents.
 Depuis le début du siècle, l’Afrique est la deuxième région du monde à la croissance la plus rapide après l’Asie, avec un taux de croissance annuel moyen du produit intérieur brut (PIB) de 4,7% entre 2000 et 2017.
Malgré tout, cette croissance n’a pas été suffisante pour enclencher des changements de fond. Le rapport, consacré au thème « croissance, emploi et inégalités », souligne l’importance d’accélérer la transformation structurelle des économies d’Afrique.
La croissance reste en effet irrégulière. Ainsi, au cours de la période 2016-20, seuls trois pays, sur les cinquante-cinq que compte le continent, devraient atteindre l’objectif d’un taux de croissance annuel moyen supérieur à 7 % fixé par l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.
 
Par ailleurs, cette croissance n’a pas créé suffisamment d’emplois décents. Aujourd’hui, 282 millions d’individus occupent des emplois précaires. À ce rythme, 66 % des emplois resteront vulnérables en 2022, un taux bien supérieur à l’objectif des 41 % pour 2023.
Ce, alors que la population du continent augmente très rapidement – un quart de la population mondiale sera africaine d’ici à 2050. Le rapport souligne également la nécessité d’accroître la productivité: les entreprises africaines accusent un retard important au niveau mondial dans des secteurs à fort potentiel de création d’emplois comme l’agro-industrie, la construction, le cuir, l’industrie manufacturière légère et les services logistiques.
 
Enfin, la croissance en Afrique a un effet plus faible sur la réduction des inégalités et l’amélioration du bien-être qu’ailleurs dans le monde. Si le coefficient de Gini du continent africain avait baissé de 7 points supplémentaires pour se situer à 35 -c’est-à-dire le niveau actuel en Asie- la croissance aurait sorti 130 millions de personnes supplémentaires de la pauvreté pour la période 1990-2016. Malgré un recul de l’extrême pauvreté, celle-ci touche encore 35% de la population sur le continent soit 395 millions de personnes.
 
Pathe TOURE









EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter