lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Economie : Rwanda, Côte d’Ivoire, Cap-Vert…ces pays qui devraient considérablement remonter la pente en 2021

Samedi 9 Janvier 2021

Dans ses perspectives économiques pour 2021, la Banque mondiale table sur une croissance de 2,7% en Afrique subsaharienne, si la reprise continue d’être soutenue par l’investissement. Certains pays pourraient considérablement sortir la tête de l’eau après une année 2020 marquée par la crise.


L'activité économique en Afrique subsaharienne devrait progresser de 2,7% en 2021, après une contraction d'environ 3,7% en 2020, selon les projections de la Banque mondiale qui vient de publier ses perspectives économiques mondiales. « Alors que la reprise de la consommation privée et de l'investissement devrait être plus lente que prévu précédemment, la croissance des exportations devrait s'accélérer progressivement, en ligne avec le rebond de l'activité parmi principaux partenaires commerciaux. [...] Les attentes d'une reprise lente en Afrique subsaharienne reflètent des flambées persistantes de COVID-19 dans plusieurs économies qui ont inhibé la reprise de l'activité économique », commentent les auteurs de l'étude.

Au cœur de cette reprise, certaines économies devraient considérablement remonter la pente. C'est le cas du Rwanda qui devrait passer de -0,2% de croissance en 2020 à 5,7% cette année, la Côte d'Ivoire (1,8% à 5,5%), le Kenya (-1% à 6,9%), le Botswana (-9% à 5,7%), le Bénin (2% à 5%) ou encore le Cap-Vert (-11% à 5,5%), selon le rapport.

Les exportateurs agricole, mieux lotis que les pétroliers

Très clairement, les performances économiques devraient rester en deçà des taux de 8%, 9% enregistrés avant la crise. Mais globalement, les experts de l'institution de Bretton Woods tablent sur une reprise plus aisée en raison de la hausse attendue des prix internationaux pour les pays exportateurs de produits agricoles qui ont déjà connu une contraction moins prononcée de leurs économies l'an dernier.

Les exportateurs de pétrole en revanche restent suspendus à une potentielle remontée des cours sur les marchés internationaux. Chez le premier producteur africain de pétrole, le Nigeria, à titre d'exemple, la Banque mondiale s'attend à une sortie du rouge (de -4,4% en 2020 à 1,1 en 2021). La reprise, estiment les experts, ne pourrait être aussi forte qu'attendue sans une réelle remontée des cours de l'or noir. Même constat en Angola, deuxième pétrolier du continent dont la croissance du PIB passerait de -4% à 0,9%.

La situation devrait être encore plus difficile pour les pétroliers d'Afrique centrale dont certains devraient restés en récession : Guinée Equatoriale (-9% à -2,8%), République du Congo (-8,9% à -2%). Le Gabon en revanche pourrait revenir au vert, avec une certaine fragilité (-2,4% à 1,9%).

Les économies touristiques en attente d'un nouveau boom des voyages

Les économies portées par le tourisme qui ont également été brutalement touchées par la crise devraient rebondir en fonction de la reprise des voyages internationaux. D'ailleurs comme l'indiquait l'économiste mauricien Eric Ng Ping Cheun dans un entretien  avec La Tribune Afrique en pleine pandémie, il serait « impossible de relancer l'économie » de son pays sans une véritable libre-circulation des personnes. Et la deuxième vague de contamination sur le continent pousse les pays à multiplier les mesures restrictives, ce qui ne représente pas en soi de bonnes nouvelles pour les économies touristiques. Toutefois, l'accès au vaccin est considéré comme un facteur majeur d'accélération de la relance du tourisme et les experts de la Banque mondiale ont bon espoir que ces pays dont Maurice, les Seychelles, le Cap-Vert... qui ont connu des contractions de leur PIB jusqu'à -15%, puissent remonter la pente plus tard au cours de cette année.

Promouvoir l'investissement

Récemment, de nombreux experts des questions africaines s'accordent pour dire que le plus urgent concernant le continent africain est la mise à disposition d'un financement de qualité. La Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) est allée dans le même sens dans son dernier rapport, mettant un accent particulier les financements innovants au bénéficie des entreprises, car, on ne le dira jamais assez, le secteur privé reste le maillon fort de toute économie.

De même, la Banque mondiale estime que tout en déployant les vaccins, il va falloir davantage promouvoir l'investissement, débloquer les financements pour permettre aux économies de redémarrer dans un contexte d'incertitudes persistantes.
https://afrique.latribune.fr/











4ème session ordinaire du Conseil ministres de l’Uemoa : Plusieurs conclusions et recommandations adoptées

15/12/2020 0 Commentaire

Marché régional de la dette publique : Le montant global des émissions brutes ressort à 6.746,1 milliards de FCFA

15/12/2020 0 Commentaire

Impact de la Conavirus sur les économies : La Bceao réfléchit à un plan pour sauver les pays de l’Uemoa d’une crise financière

19/03/2020 0 Commentaire

Journées annuelles du CLUB des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique : le Premier ministre malien incite les acteurs à s’organiser davantage afin de mieux répondre aux défis importants

18/02/2020 0 Commentaire



Inscription à la newsletter