lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr

Développement industriel de Mopti : Le cheptel, une filière porteuse

Lundi 12 Février 2018

C’est ce que fait valoir Mohamed Aly Ag Ibrahim, ministre du Développement industriel, qui vient de se rendre sur le site de la zone industrielle de Mopti. Cette visite s’est déroulée la semaine dernière dans la Venise malienne.


Suscitant l’intérêt des opérateurs économiques de la région, le ministre du Développement industriel a fait cas des potentialités agro-pastorales. Aussi, Mohamed Aly Ag Ibrahim s’est appesanti sur les actions menées par les autorités afin  de promouvoir le développement industriel au niveau régional.
Selon les statistiques plus de 68% des unités industrielles sont installés à Bamako. « Dans chaque région, selon ses filières stratégiques hautement importantes, nous allons procéder à la  transformation  sur place. Et nous pensons que  Mopti en a pour assez. Je cite l’exemple de  l’abattoir.  Nous sommes premiers de notre espace communautaire UEMOA par notre cheptel et Mopti est la 1ère région du Mali dans ce secteur, donc c’est une filière porteuse notamment avec la transformation des produits animaux », a expliqué le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim.
En attendant de mettre sur pied cette filière porteuse, le ministre du Développement industriel fait ressortir quelques cas au niveau des investissements. Selon lui, les investissements publics viennent  toujours en  soutien à l’industrie, tels que les aménagements agro-agricoles et la réalisation des routes. Le président de la République souhaite la décentralisation de l’industrie.
Au-delà de l’accompagnement des autorités, Mohamed Aly Ag Ibrahim a exhorté  les opérateurs économiques de Mopti à être plus actifs et entreprenants. « Alors nous pensons que le développement industriel, sous l’impulsion du Président de la République, les instructions du Premier ministre, sont clairs. Prenez des engagements que vous pouvez tenir », a-t-il conseillé.
Sans sécurité pas de développement. Cela constitue une préoccupation majeure au Mali. « Et nous parlons aujourd’hui de plan sécurisé intégré des régions du centre, ce n’est pas que la sécurité militaire, mais aussi des offres d’emplois, des créations d’activités pour que ces jeunes sortent de tout ce qui est impropre  de venir travailler, c’est de cela qu’il s’agit. Nous pensons que nous avons reçu l’adhésion de l’ensemble des opérateurs, des engagements ont été pris, je pense qu’il nous reste plus qu’aller  au travail », a expliqué le ministre.
Mahamane Maïga
 
 









EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter