lejecom  Le journal de l’économie Malienne

Publicité


Réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO à Dakar, le 04 Septembre  2019 La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure.

Démocratie en Afrique: Vera Songwe note le rôle de la presse

Lundi 6 Mai 2019

Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), a célébré ce jeudi, la Journée mondiale de la liberté de la presse en soulignant le rôle important que jouent les médias dans la facilitation des processus électoraux libres et équitables sur le continent.


S’exprimant lors d’une conférence mondiale à Addis-Abeba sur le thème, «Des médias pour la démocratie : Le journalisme et les élections en périodes de désinformation», Vera Songwe déclare que les médias ont un rôle important à jouer pour instaurer la responsabilité dans le processus démocratique. 
  
«Nous avons vu par exemple comment, ces dernières années, les médias dynamiques contribuent de plus en plus à apporter de la transparence dans le processus de vote et de compilation des sondages dans le monde entier», dit-elle. 
  
« Si nous pensons à la démocratie comme un moyen de sortir plus de 400 millions de personnes en Afrique qui vivent dans une pauvreté extrême, de réduire la mortalité maternelle et infantile sur le continent, de garantir à chaque enfant africain une éducation et à chaque jeune un travail décent, alors il est important de responsabiliser les agents comme les médias qui contribuent à renforcer la démocratie ». 
  
Elle poursuit : «Les médias, en tant que 4ème domaine, ne peuvent nous aider à atteindre nos Objectifs de développement collectifs que s’ils ont la liberté d’opérer ». 
  
Malheureusement, indique Mme Songwe, la liberté de la presse limitée continue de saper la capacité des médias à assumer ce rôle. 
  
«Malheureusement, certains journalistes sont victimes de la répression. Ils sont assassinés, arrêtés, détenus et censurés», avoue-t-elle, en déplorant le blocage de l’accès à Internet par certains gouvernements, affirmant que cela porte atteinte à la liberté de la presse et à la productivité. 
  
Entre janvier 2018 et avril 2019, 88 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions dans le monde. Onze d’entre eux venaient d’Afrique, notamment quatre de Somalie, trois de la République centrafricaine, deux de la Libye, un de la Sierra Leone et un du Ghana, un journaliste d’enquête qui avait découvert la corruption dans le football. 
  
Dans l’Indice mondial de la liberté de la presse 2019, seuls deux pays africains figurent dans le top 30 ; la Namibie et le Ghana se classent respectivement 23 et 27 sur les 180 pays étudiés. 
  
Néanmoins, il est important de reconnaître que certains de nos pays progressent dans le domaine de la liberté de la presse, notamment l’Éthiopie, qui est passée de la 150ème position en 2018 à la 110ème en 2019, informe Mme Songwe. 
  
Elle félicite le Gouvernement éthiopien pour cet exploit. Pour la première fois en plus de dix ans, aucun professionnel des médias n’a été emprisonné au cours de l’année 2018 dans le pays. 
  
«Mais l’Éthiopie peut faire mieux et j’aimerais voir ce pays parmi les 20 meilleurs», ajoute-t-elle. 
  
L’Indice de gouvernance Ibrahim 2018 fait apparaître une détérioration des tendances sur le continent en ce qui concerne la liberté d’association, les droits et libertés civils et la liberté d’expression. 
  
«Au-delà de la garantie des libertés pour les médias, nous devons encore faire plus pour leur donner les moyens de promouvoir la transparence et la responsabilité, indispensables à la démocratie pour instaurer une bonne gouvernance. Les médias ont besoin d’accéder à l’information pour pouvoir informer les citoyens et exercer collectivement leurs responsabilités », affirme la Secrétaire exécutive de la CEA. 
  
Mme Songwe dit : « Alors que nous plaidons pour une liberté de la presse accrue, nous devons continuer à insister sur la nécessité d’un journalisme responsable, en particulier à l’ère du numérique, où les fausses informations sont devenues une menace majeure ». 
  
« On a beaucoup parlé des dangers des médias irresponsables et des menaces qu’ils font peser sur la paix et la sécurité en particulier. Il est important que nos pratiques journalistiques actuelles ne portent pas atteinte aux libertés pour lesquelles nos prédécesseurs se sont battus avec sueur et parfois en versant du sang ». 
Elle met au défi la presse d’être objective, honnête et novatrice dans l’exercice de ses fonctions. 
  
Pathe TOURE
 
 














Inscription à la newsletter