lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

Alassane Ouattara à l’accueil des soldats ivoiriens graciés par le Mali : « Nous estimons qu’avec un pays frère et ami, il n’était pas nécessaire d’avoir une voie autre que celle de la diplomatie… »

Mercredi 11 Janvier 2023

Le samedi, 7 janvier 2023, dans la soirée, les 46 soldats ivoiriens graciés par les autorités maliennes, après six mois de détention, sont rentrés en Côte d’Ivoire. Après une escale au Togo, ils ont atterri à l’aéroport d’Abidjan où le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, les attendaient sur le tarmac. Ainsi prend fin la longue crise diplomatique entre « deux pays frères et amis. »


Le président ivoirien a salué ses soldats en ces termes : « Chers soldats, je voudrais que vous soyez rassurés que vous n’avez absolument rien à vous reprocher. Vous étiez allés en mission. C’était d’ailleurs la 8e rotation pour six mois. »

« Aujourd’hui, ils sont de retour. Et je dois dire que ce sont des héros. Bravo à vous jeunes héros », a déclaré Alassane Ouattara, avant de saluer la médiation et la mobilisation des chefs d’État, togolais Faure Gnassingbé, bissau-guinéen Umaro Sissoco Embaló, ainsi que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. « La diplomatie a payé. Nous avons préféré cela. Nous estimons qu’avec un pays frère et ami, il n’était pas nécessaire d’avoir une voie autre que celle de la diplomatie », selon le président ivoirien.

Grace présidentielle

Les autorités maliennes ont annoncé, le vendredi 6 janvier 2023, que les 49 militaires ivoiriens accusés d’être des mercenaires ont été graciés. 46 d’entre eux, qui étaient toujours détenus au Mali, avaient été condamnés à 20 ans de prison en décembre, les trois soldates relâchées à la peine de mort par contumace.

« Son excellence le colonel Assimi Goïta, président de la transition, chef de l’État, a accordé sa grâce, avec une remise totale de peine, aux 49 Ivoiriens condamnés par la justice malienne », selon le communiqué lu, à la télévision nationale, par le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga.

Selon le gouvernement malien, ce geste démontre l’attachement du colonel Assimi Goïta, « à la paix, au dialogue, au panafricanisme, à la préservation des relations fraternelles et séculaires avec les pays de la région, en particulier le Mali et la Côte d’Ivoire. »

Le 30 décembre 2022, la Cour d’assise de Bamako avait condamné les 46 soldats ivoiriens toujours détenus au Mali à 20 ans de réclusion criminelle. Ils écopent également chacun d’une amende de deux millions de francs CFA. Les trois soldates qui avaient été libérées au mois de septembre sont condamnées par contumace à la peine de mort ainsi qu’à 10 millions de francs CFA d’amende.

A signaler que le 10 août dernier, les autorités judiciaires maliennes ont inculpé et placé sous mandat de dépôt, 49 militaires ivoiriens pour « des faits de crimes d’association de malfaiteurs, d’attentat et complot contre le gouvernement, d’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, de détention, port et transport d’armes de guerre et de complicité de ces crimes ». Quelques jours plus tard, soit le samedi 3 septembre 2022, dans la soirée, les trois femmes du groupe des 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali, le 10 juillet dernier, ont été officiellement libérées et remises aux autorités ivoiriennes à Lomé.

Le 10 juillet 2022, 49 soldats ivoiriens ont été arrêtés à l’aéroport de Bamako et considérés comme des mercenaires par les autorités maliennes. Une accusation que rejette Abidjan (Côte d’Ivoire) qui demande « sans délai », leur libération, soutenant que ce sont des éléments de soutien à la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali), même si selon le porte-parole adjoint de l’ONU (Organisation des Nations Unies) Farhan Haq, les éléments interpellés « ne faisaient pas formellement partie de la Minusma ».

M.K.D
https://www.maliweb.net/















Inscription à la newsletter