lejecom  Le journal de l’économie Malienne


La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest organise, le 13 mars 2019, une concertation régionale sur le projet de loi uniforme sur l'affacturage. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et l'Agence Monétaire de l'Afrique de l'Ouest (AMAO) organisent la 53e réunion ordinaire du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales des pays membres de la Communauté Economique des Eta Réunion du Comité de Liaison Anti-blanchiment de la Zone franc-CLAB le 15 Février à Dakar Société évoluant dans les médias cherche commercial. Merci d’envoyer votre CV à l’adresse : commercial.mlibamako@gmail.com Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018.

Akinwumi Adesina, Président de la BAD : « Les High 5 sont en train de produire des effets significatifs partout sur le continent »

Jeudi 7 Février 2019

Devant le corps diplomatique accrédité à Abidjan, le président de la Banque Africaine de Développement (Bad) s’est réjoui du fait que « les High 5 de la Banque, nos cinq grandes priorités, sont en train de produire des effets significatifs partout sur le continent ». Des résultats qui font renaître l’espoir auprès des populations africaines.


M. Akinwumi Adesina présentait le bilan et les perspectives de la Banque africaine de développement, le mardi 5 février 2019 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à l’occasion du déjeuner annuel qui leur est offert au siège de l’institution.

A l’en croire, en 2018, en écho à la priorité : « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie  », 4,5 millions de personnes ont été raccordées au réseau électrique.
Et d’ajouter que près de 20 millions ont accédé à des technologies agricoles améliorées : « Nourrir l’Afrique  ».

D’après lui, les investissements dans le secteur privé ont bénéficié à 1,1 million de personnes : « Industrialiser l’Afrique  ».

Et que quelque 14 millions ont eu accès à des services de transport améliorés : « Intégrer l’Afrique  », quand 8 autres millions ont bénéficié d’un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement : « Améliorer la qualité de vie des populations africaines  ».

Autant de facteurs encourageants qui, pour Adesina, appellent des objectifs toujours plus élevés pour la Banque, afin de soutenir le développement économique et social de l’Afrique.
Une vision qui est entrain d’imprimer une marche vers l’émergence d’une Afrique forte
Créditée, par les quatre grandes agences de notation mondiales, d’un triple A avec perspective stable, a-t-il poursuivi, la Banque africaine de développement poursuit sa marche vers l’émergence d’une Afrique forte.

« Nous devons parvenir à l’accès universel à l'électricité. Nous devons aider l’Afrique à devenir autosuffisante sur le plan alimentaire. Nous devons parvenir à l’intégration complète du continent. Nous devons industrialiser l’Afrique et améliorer la qualité de vie de ses populations », a-t-il conclu.
Mariama Diallo
 














Inscription à la newsletter