lejecom  Le journal de l’économie Malienne



Lancement du Programme conjoint BCEAO/HEC Paris de renforcement des capacités du secteur bancaire de l'UMOA le 18 Juin AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LA SELECTION D'UN CABINET DE CONSULTANTS CHARGE DE LA CONCEPTION DE COURS, ET DE MODULES DE FORMATION EN EDUCATION FINANCIERE AINSI QUE DE L'ANIMATION DE SESSIONS DE FORMATION DES FORMATEURS DANS L'UEMOA AVIS A MANIFESTATION D'INTERET POUR LA SELECTION D’UN CABINET CHARGE DE LA DEFINITION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION EN EDUCATION FINANCIERE DANS L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Appel à candidatures pour la 43e promotion du cycle diplômant du Centre Ouest-Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) La hausse des inégalités affecte plus des deux tiers de la planète La Fédération des Sociétés d’Assurance de Droit National Africain (FANAF) tient sa 44ème Assemblée Générale Annuelle du 17 au 20 Février à Libreville au Gabon, sous le thème général : « La Donnée et l’Innovation au Cœur de l’Assurance Africaine » Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’interopérabilité des services financiers numériques dans l’UEMOA, la Banque Centrale organise du 14 au 18 janvier 2019, au Siège de la BCEAO à Dakar, un atelier de lancement consacré au démarrage des trav UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  »

A cause d’une hausse de 0,5% degré centigrade de la température : L’Afrique peut perdre jusqu’à 1% de son Pib

Jeudi 7 Octobre 2021

Le continent africain subit les coups les plus durs des changements climatiques même si sa contribution à la pollution, aux émissions de gaz à effet de serre reste inférieure à 4%. Albert Zeufack, économiste en chef pour la région Afrique à la Banque mondiale qui présentait ce mardi, 6 octobre, le rapport Africa’s pulse, révèle que si la température augmente de 0,5% degré centigrade, l’Afrique peut perdre jusqu’à 1% de son Produit intérieur brut (Pib).


« Le changement climatique a un coût énorme pour les économies africaines. », constate Albert Zeufack, alors qu’il présentait ce mercredi, 6 octobre, le rapport Africa’s pulse de la Banque mondiale  sur la situation et les perspectives des économies africaines.

Une situation qui amène l’économiste en chef pour la région Afrique à la Banque mondiale de soutenir que « nous devons mettre cette préoccupation au cœur de nos réformes de politiques économiques puisque l’Afrique, bien que ne contribuant que moins de 4% à la pollution, aux émissions de gaz à effet de serre, subit le plus important coût du changement climatique ».

Pis, il souligne que si la température augmente de 0,5% degré centigrade, l’Afrique peut perdre jusqu’à 1% de son Produit intérieur brut (Pib). Donc, confie-t-il, le coût est énorme et nous devons absolument mettre en place des réformes qui nous permettent de nous adapter aux changements climatiques et, en fait, saisir cela comme une opportunité.

Pour lui, il faut que l’Afrique saisisse cette opportunité du changement climatique pour transformer son économie et créer des emplois pour la jeunesse. Pour ce faire, il égrène, en termes de stratégies, un certain nombre d’aspects. D’abord, relève-t-il lors de la présentation du rapport en visioconférence, les pays africains peuvent saisir cette opportunité pour investir dans les infrastructures au niveau des villes qui devront être résilientes aux changements climatiques.

Cela, dit-il, est important parce que la majorité de nos grandes villes sont côtières et souffrent davantage de l’effet de l’augmentation du niveau des océans avec notamment des inondations qui sont de plus en plus fréquentes.

L’autre aspect est, poursuit l’économiste, que l’on continue à investir dans l’énergie renouvelable. En ce sens, il indique que le mix énergétique africain peut être beaucoup plus soutenable si l’on ajoute au gaz naturel des ressources comme l’hydroélectricité, le solaire. Toutes ces ressources sont également sources de création d’emplois pour la jeunesse africaine, renseigne Albert Zeufack.

A l’en croire, un autre aspect qui est extrêmement important est l’agriculture où, dit-il, enfin, nous pouvons certainement introduire des variétés qui permettent d’être plus productifs et des technologies qui permettant de résister aux changements climatiques. 
Bassirou MBAYE














Inscription à la newsletter