Secteur pêche : La tutelle ambitionne 5316 tonnes de poissons d’ici 2018

Jeudi 17 Août 2017

Le volet aquaculture courant la période 2017-2018 du ministère de l’Elevage et de la Pêche à travers le Programme national d’empoissonnement des plans d’eau ambitionne l’atteinte de 5316 tonnes de poissons.


Secteur pêche : La tutelle ambitionne 5316 tonnes de poissons d’ici 2018
Le département entend développer les sous secteurs de l’élevage et de la pêche à travers aussi l’implication des acteurs privés. Au-delà de 15% du budget national alloué au secteur de l’agriculture au Mali, les autorités en charge de la pêche ne cessent d’inciter les promoteurs privés à accompagner l’Etat pour relever le défi d’atteindre 5316 tonnes de poissons durant la période 2017-2018.
C’est dans le cadre du renforcement du programme national d’empoissonnement des plans d’eau du ministère de l’Elevage et de la Pêche concernant le programme aquaculture que la ferme piscicole Boubacar Diallo a offert un don de 100.000 alevins d’une valeur de 13.000.000 FCFA à la tutelle. Il a pour objectif de faciliter et d’accélérer la mise en œuvre du Programme National d’empoissonnement.  
Ce qui permettra de réduire la pauvreté en milieu rural. Pour faire l’empoissonnement de ces alevins, un site a été choisi  à 10 km de San dans la commune de N’GOA, région de Ségou. Le don d’alevins composé de Clarias et de Tilapia est issu de reproduction artificielle de la ferme piscicole Boubacar Diallo. Une bonne partie de ce don reçu, soit 36 000 alevins vont servir à empoissonner la marre «FAMA» de NGOA et de faire la mise en charge des cages flottantes du programme gouvernemental à San pour le bénéfice d’une douzaine de coopératives et d’associations. 
Selon Maïga Aissata Niaré, représentante du  ministère de l’Elevage et de la Pêche, cette donation renforcera l’effort d’intensification de la pisciculture. Mais aussi, elle s’inscrit dans la droite ligne de la volonté de l’Etat du Mali de faire la promotion de l’Aquaculture.
Le choix de cette localité est la preuve de l’intérêt que les autorités régionales et locales portent à l’épanouissement du cercle de SAN et plus particulièrement à l’émergence d’une pisciculture durable, compétitive et intégrée aux autres activités.
Mahamane MAIGA


Nouveau commentaire :







EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter