MINES: Pour un code plus attractif

Jeudi 9 Novembre 2017

De concert avec ses partenaires, le ministère des Mines a entrepris le processus de relecture de la loi n°2012-015 du 27 février 2012 portant code minier en République du Mali afin De s’adapter au contexte actuel de l’exploitation minière. C’est dans ce cadre que se tient depuis lundi 06 novembre 2017 un atelier de validation du projet de relecture du code minier 2012 dans les locaux de la Direction générale de la Géologie et des Mines.


Lors de l’ouverture des travaux, le ministre des Mines, Pr. Tiémoko Sangaré,  a insisté sur la nécessité d’avoir  un code attractif reflétant  les meilleurs standards. Aussi, il s’agit de favoriser  la prise en compte des aspirations profondes  à travers la protection des intérêts de l’Etat et des collectivités dans le nouveau code minier. Ce qui doit être axé essentiellement sur un secteur minier intégré à l’économie nationale et au cœur du développement durable.
 Sur ce point, Boubacar Sidiki Sangaré, membre de la Fondation pour le Développement au Sahel (FDS) apporte cette précision de taille : « Il ne faut pas obligatoirement avoir un code attractif. L’attraction ne doit pas être le point focal sur lequel on doit bâtir le code minier, d’autant que ceux qui exploitent les ressources en ont besoin ». C’est pourquoi, le FDS invite le gouvernement à adopter un code minier qui accorde 1% du chiffre d’affaires des compagnies minières au développement local.
En sa qualité de membre du Collectif des organisations de la société civile, chargé de la campagne de plaidoyer pour la révision du code minier de 2012, M. Sangaré pense qu’il faut  amener les compagnies minières à s’investir dans le développement local. Surtout que l’exploitation minière génère de ressources qui ont beaucoup d’impacts sur le développement national et local.
Mahamane Maïga 


Nouveau commentaire :







EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter