Crise hôtelière à Bandiagara : Les guides et les gérants tirent le diable par sa queue

Vendredi 8 Septembre 2017

Depuis l’avènement du coup d’état du 22 mars, les hôtels se meurent à petit feu à Bandiagara pour ne pas dire dans la région de Mopti. Cette région, symbole touristique, souffre non seulement de la crise mais aussi de la non-assistance du ministère de la culture et du tourisme.


Le constat est amer,  dans la région. Vous pouvez compter du bout du doigt les hôtels qui sont en activité, et  pour combien de temps ? Ces rares hôtels qui sont en activité tiendront ils le coup si  rien n’est fait pour eux ?

Le Mali est un pays à forte potentialité touristique, la preuve le tourisme est le deuxième secteur pourvoyeur de devises ; il fait travailler plus de 40 .000 personnes (agences de voyages ; hôtellerie, restauration, guides touristiques etc. …).  Mopti, la 5ème   région est portée par le tourisme. Au pays dogon, l'architecture cosmogonique des villages dogon,  les falaises, les masques forment l’offre touristique de la destination Mali tant convoitées sur le continent africain que sur les autres continents.

Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO  sous le nom « Falaise de Bandiagara », le pays dogon, fort de son potentiel culturel riche et varié, est sans doute,  une destination touristique phare du Mali et même  de l’Afrique de l’Ouest. Mais depuis fin 2009, cette zone est classé orange ou rouge par les grands pays émetteurs de touristes au Mali. Il s’agit des pays comme la France, Les Etats Unis, L’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie, la Suède, la Norvège etc. Cette alerte interdit aux ressortissants de ces pays de visiter, cette zone du Mali pour cause d’insécurité. Ainsi, on assiste depuis un peu plus de 5 ans à une rapide décroissance et même à l’arrêt du flot de visiteurs sur les sites majeurs du pays Dogon. Et toute la région de Mopti s’en trouve affecté, car les retombées économiques de cette activité pour la région étaient estimées à près de 6 milliards de Franc CFA. La crise sécuritaire au Mali aura fait payer à toute une région un lourd tribut. Les ressources des collectivités ont considérablement baissé ; la baisse du pouvoir d’achat ; le manque d’entretien du patrimoine architectural, culturel et touristique. Sans oublier que cette crise touristique a fini par jeter dans la précarité une bonne partie de la jeunesse, désormais désœuvrée. Beaucoup de guides ont immigrés à Bamako. Ne sachant plus à quel saint se vouer, ils sont devenus pour les uns voleurs et pour les autres toxicomanes et alcooliques. Cette situation a entrainé des conséquences socio-économiques très graves ; des familles entières se sont disloquées ; certaines personnes ont été expulsées de leurs domiciles faute de paiement de leur loyer ; certains sont purement et simplement retournés au village en attendant des lendemains meilleurs.  Certains  qui ont travaillé plus de dix ans ou même quinze ans  se sont vus remercier par leurs employeurs ou mis en congés technique.  A Bandiagara les guides et les gérants des hôtels (cheval blanc, la falaise, Toguna) et quelques auberges et camping tel que l'auberge Kanssaye et satimbé tirent le diable par la queue en raison du manque de clients.

Si l'hôtel cheval blanc et la falaise, hôtels 2 étoiles,  sont en activité  et tiennent le coup,  Dieu seul sait par quelle gymnastique ils parviennent à  faire payer, l’EDM ; la SOMAGEP. Les impôts continuent à envoyer leurs factures qui sont de plus en plus « salées » malgré la rareté des clients .Ces hôtels exercent avec un minimum de personnel. 

 A en croire le gérant de l’auberge Kansayé M.Boubacar Kansayé, cela fait plus de 4 ans qu’on a pas de clients occidentaux (Toubab). Pour qui connait notre ville  indique-t-il, elle vit du tourisme. Parmi les quatre sites classés par l'UNESCO au Mali, 2 se trouvent en 5ème région. Maintenant nous sommes en pleine saison de touristique. Mais jusque-là, la ville ne ressent rien.

Flani SORA



Nouveau commentaire :







EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24






Inscription à la newsletter